Axes prioritaires de recherche

La richesse des études sur le genre est indissociable de leur dimension interdisciplinaire. En SHS, l’interdisciplinarité a déjà pris de multiples formes : collaboration de l’histoire, de l’économie et l’éthique pour comprendre les inégalités subies par les femmes ; de l’histoire et de la science politique pour étudier les formes et les mécanismes d’exclusion de la sphère publique et du champ politique ; de l’anthropologie, de la sociologie et de la philosophie pour comprendre les modes de façonnement de l’ordre sexuel par l’ordre ou les ordres culturels ; de la sociologie, de l’anthropologie de l’histoire et de la géographie pour étudier les modes d’organisation et de visibilisation des minorités sexuelles, ou encore la partition des sphères entre espaces publics et espaces privés selon des logiques genrées ; de la philosophie morale, de la sociologie, de l’économie et de la psychologie pour les recherches sur ce qu’on appelle le care aujourd’hui ; ou encore de la littérature, de la philosophie et de l’esthétique pour analyser le rôle du langage, mais aussi d’autres systèmes d’expression et de représentation, dans la production d’un ordre androcentré et hétérocentré, ou, inversement, dans sa déstabilisation. On doit aussi mentionner le rôle essentiel, dans la diffusion des questionnements genre, des conférences mondiales sur les femmes des Nations Unies, et les avancées du genre comme mode d’action politique au niveau mondial et européen. La réflexion et les savoirs sur le genre ont aussi besoin d’un développement de la coopération et de la recherche interdisciplinaires entre les SHS et les sciences dites de la nature (biologie, chimie, médecine), et de la réalisation d’enquêtes qui explorent les mécanismes de production des inégalités de genre.

Si le périmètre des recherches possibles dans ce domaine est vaste, mettre en cohérence les forces de la recherche et rattraper le retard dans certains domaines émergents engage à faire ressortir un certain nombre d’axes structurants, qui visent moins l’exhaustivité des recherches que l’identification de domaines à développer en priorité.

Voici la liste des axes de recherche qui seront développés dans l’Institut du Genre, par priorité annuelle :

  • Axe 1 Épistémologie, méthodologie et diffusion des savoirs sur le genre
  • Axe 2 Pouvoirs, politiques, égalité
  • Axe 3 Territorialités, mobilités, mondialisation
  • Axe 4 Travail, production, échanges
  • Axe 5 Langages, arts, création
  • Axe 6 Sexualités, LGBT
  • Axe 7 Familles, reproduction, parenté
  • Axe 8 Religions, croyances, sécularisation et laïcités
  • Axe 9 Corps, santé, sport
  • Axe 10 Éducation, socialisation, formation
  • Axe 11 Violences, conflits, engagement
  • Axe 12 Médias et publics
  • Transversale : À l’interface des sciences expérimentales et technologiques