Quêtes de soins au féminin. Une ethnographie des "maux de femmes" et du pluralisme thérapeutique en Médoc (France)

Publié le 31 mai par Equipe GIS IdG

"Quêtes de soins au féminin. Une ethnographie des "maux de femmes" et du pluralisme thérapeutique en Médoc (France)"

La soutenance aura lieu le vendredi 10 juin 2016 à 9h à l’Université de Bordeaux, Collège Sciences de l’Homme, 3 ter place de la Victoire, 33076 Bordeaux (amphi Denucé).


Le jury sera composé de :

  • Laurence Kotobi, Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, France, co-directrice de thèse
  • Abel Kouvouama, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, France, co-directeur de thèse
  • Bernard TRAIMOND, Professeur émérite à l’Université de Bordeaux, France, président du jury
  • Carolyn Sargent, Professeur à l’Université de Saint-Louis, USA rapporteure
  • Ilario Rossi, Professeur à l’Université de Lausanne, Suisse, rapporteur

Résumé : A la croisée de l’anthropologie de la maladie et de l’anthropologie de la santé, cette thèse explore la diversité des savoirs et des pratiques de soins dédiés à la prévention ainsi qu’au traitement des problèmes de santé considérés comme spécifiquement féminins en France rurale. L’ethnographie a été menée sur la presqu’île du Médoc, territoire où l’imaginaire lié à la nature fait naître des représentations sur la population entre fantasmes et stigmates, et où se pose régulièrement la question de la désertification médicale, à l’instar d’autres campagnes françaises. Dans ce contexte, des observations et des entretiens qualitatifs ont été réalisés auprès d’une soixantaine de femmes et d’une quarantaine d’acteurs du soin aux profils variés, afin de dessiner les contours et les dynamiques du pluralisme thérapeutique local consacré aux « maux de femmes ». Cette catégorie opératoire regroupe l’ensemble des malaises, mal-être et maladies, souvent sensibles et tabous, qui m’ont été confiés par mes interlocutrices. La thèse éclaire les diverses logiques de recours aux soins qu’elles développent au cours de ces itinéraires thérapeutiques particuliers, constitués de soins biomédicaux, spécialisés ou non dans le domaine de la « santé sexuelle et reproductive », de soins non conventionnels et de soins domestiques. La réflexion globale porte sur la complémentarité des soins façonnée par les usagères du pluralisme thérapeutique au fil de leurs quêtes de soins efficaces, en même temps qu’elle questionne les quêtes de soi suscitées chez les femmes selon que les soins normalisent ou non leurs conduites, les rendent ou non actrices de leur santé, ou qu’ils réifient ou réinventent les normes de genre.

Mots clés : pluralisme thérapeutique – pluralisme médical – santé sexuelle et reproductive – soins non conventionnels – soins domestiques – savoirs de santé – maladies de femmes – genre – itinéraire thérapeutique – ruralité – désertification médicale – France