Musulman.e.s. Socio-sémantique historique et enjeux contemporains de l’ethnicisation, racisation, confessionnalisation

Publié le 22 novembre par Equipe GIS IdG

Marie-Claire Willems _ doctorat en sociologie

Musulman.e.s. Socio-sémantique historique et enjeux contemporains de l’ethnicisation, racisation, confessionnalisation

Cette soutenance aura lieu le vendredi 9 décembre 2016 à partir de 9h à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, dans la salle des thèses B016.

Le jury est composé de :

  • Monsieur Stéphane DUFOIX (Directeur de thèse), Professeur de sociologie, Université Paris Ouest
  • Madame Anne-Sophie LAMINE, Professeure de sociologie, Université de Strasbourg
  • Monsieur Raphaël LIOGIER, Professeur de sociologie, Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence
  • Madame Brigitte MARÉCHAL, Professeure de sociologie, Université catholique de Louvain
  • Madame Simona TERSIGNI, Maîtresse de conférence en sociologie, Université Paris Ouest
  • Monsieur Mahamet TIMÉRA, Professeur de sociologie, Paris Diderot


Résumé

Ne se définissant pas uniquement en rapport à l’islam, le terme musulman est aujourd’hui largement polysémique en France. Cette recherche interroge donc l’usage du terme musulman et les modes d’identification sociale en tant que musulman-e-s. En première partie, elle propose une interprétation de l’évolution socio-sémantique historique du terme. Puis, en deuxième et troisième partie, elle analyse les enjeux de l’auto-catégorisation de Soi à partir d’un terrain (entretiens, questionnaires, observations). S’agit-il de se considérer d’origine musulmane et/ou de culture musulmane et/ou de religion musulmane ?
Sous-tendus par la tension entre des processus d’ethnicisation, de racisation et de confessionnalisation, deux nouveaux espaces de signification sont ici développés : un nouvel usage politique questionnant la place des classes sociales, du racisme et de l’islamophobie (musulmanité) ; puis, un nouvel usage exclusivement religieux séparant la culture du religieux (muslimité). Ce dernier usage influe sur l’émergence d’une éthique islamique contemporaine et de la recherche d’un « pur religieux ». D’une maniè