Mariages, Démariages et Remariages. Rituel, genre et parenté au Tadjikistan contemporain

Publié le 25 octobre par Equipe GIS IdG

Soutenance de thèse
le jeudi 8 décembre 2016
à 14h,
en salle B 015 (bâtiment B),
sur le campus de l’Université Paris Nanterre

- pour l’accès, voir plan ci-joint ou consultez la page http://www.u-paris10.fr/l-universite/universite-paris-nanterre-344666.kjsp

"Mariages, Démariages et Remariages. Rituel, genre et parenté au Tadjikistan contemporain"

sous la double direction de Lætitia Atlani-Duault (IRD LESC) et Catherine Poujol (CREE Inalco).

Mots clés : Tadjikistan, Asie centrale postsoviétique, mariage, prestation matrimoniale, relations de genre, parenté.

Résumé : Cette thèse explore les rôles rituels et sociaux des femmes au Tadjikistan et s’appuie sur seize mois d’enquête de terrain en zones urbaines et rurales. Deux fils conducteurs structurent l’analyse. Le premier porte sur la construction des féminités dans la société tadjike, tout particulièrement au regard du statut (acquis, perdu, reconquis) de femme mariée, extrêmement déterminant dans l’organisation des relations sociales. Le second interroge les rôles des femmes dans la reproduction familiale et sociale, tout particulièrement dans l’économie rituelle et matrimoniale. L’ensemble s’attache à montrer, au prisme des parcours matrimoniaux aujourd’hui extrêmement hachés des femmes, les négociations et adaptations de la société tadjike contemporaine aux bouleversements qu’elle a connus ces vingt dernières années : disparition de l’URSS, entrée dans l’économie de marché, guerre civile (1992-1997) et migrations massives des hommes vers la Russie. Les enjeux des mariages – étudiés comme performance, comme statut et comme relation – sont analysés à deux niveaux : au niveau des femmes, pour qui le mariage constitue une ressource fondamentale autant qu’un carcan patriarcal ; et à celui des familles, pour qui le mariage est à la fois une obligation sociale et le lieu d’une contestation possible des hiérarchies en place.
Située au croisement des études de genre, de parenté, d’économie rituelle et des recherches sur l’aire post-soviétique, cette thèse propose de saisir comment les transformations socioéconomiques récentes ont affecté les représentations et les relations de genre d’une part, et celles au sein de la famille, d’autre part.

Jury :

  • Laëtitia ATLANI-DUAULT (co-directrice de thèse) / Directrice de recherche IRD/LESC
  • Jean-François GOSSIAUX (rapporteur)/ Directeur d’études EHESS (IIAC/LAIOS)
  • Raymond JAMOUS / Directeur de recherche honoraire CNRS
  • Catherine POUJOL (co-directrice de thèse) / Professeure des Universités INALCO/CREE
  • Madeleine REEVES (rapporteur) / Senior Lecturer, Université de Manchester
  • Sabine TREBINJAC / Directrice de recherche CNRS/LESC