LA PARENTALITE IDENTITAIRE : UN NOUVEAU TYPE DE FAMILLE, DE NOUVELLES MANIERES D’ETRE PARENT ?

Publié le 6 juin par Equipe GIS IdG

Maya Paltineau

LA PARENTALITE IDENTITAIRE : UN NOUVEAU TYPE DE FAMILLE, DE NOUVELLES MANIERES D’ETRE PARENT ?

Soutenance le 10 juin 2016 à 14h, salle 015 à l’EHESS, 190-198 av de France, à Paris.

- Thèse dirigée par Madame Chrsitine Castelain-Meunier, Chargée de Recherche CNRS, EHESS.

Rapporteurs :
Madame Yvonne Knibiehler, Professeur émérite AMU
Madame Sandrine Garcia, Professeure, Université de Bourgogne

Membres du jury :
Madame Séverine Gojard, Directrice de Recherche, INRA
Madame Sabine Chalvon-Demersay, Directrice de Recherche, EHESS

Résumé :
La parentalité identitaire est l’affirmation de soi par son rôle de parent, et l’investissement exacerbé de celui-ci pour réaliser sa propre affirmation identitaire.
Se mettant en place dès la grossesse et se poursuivant jusqu’à l’âge préscolaire de l’enfant, elle s’exprime par des pratiques de parentage proximal, telles que l’accouchement à domicile, le co-dodo, l’allaitement long à la demande, etc.

On la retrouve principalement chez les mères, mais elle se développe de plus en plus chez les pères ; les parents concernés appartiennent davantage aux classes supérieures, même si ce courant commence à concerner également les autres classes sociales.

Notre thèse révèle des mutations au cœur de la famille : les rôles parentaux sont redéfinis, notamment en gommant les différences de genre et les inégalités hommes-femmes, et la cellule familiale est revalorisée. Le rapport de l’individu à l’institution est également repensé : les parents identitaires font valoir leur savoir par l’expérience, et se positionnent en précepteurs de normes en concurrence à l’Etat. Le rapport au corps est également réinvesti car la parentalité identitaire permet de repenser la gouvernance des corps telle que nous la connaissions jusqu’à présent. De plus, le clivage entre la sphère privée et la sphère publique est remis en question, tout comme ce phénomène soulève les questions très actuelles de la qualité de vie, de l’écologie et de la décroissance.