Devenir adulte au Maroc. Les jeunes de Sidi Ifni

Soutenance de thèse

Publié le 16 novembre 2015 par Equipe GIS IdG

Doctorat en Démographie et Sociologie

Devenir adulte au Maroc. Les jeunes de Sidi Ifni.

Sous la direction de Maria Eugenia COSIO ZAVALA

- le Mardi 24 Novembre 2015 à 10h00,
à la Salle Paul Ricœur (B016) au bâtiment B de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense.
200 Avenue République, 92001 Nanterre

Composition du jury :

  • Maria Eugenia COSIO ZAVALA, Professeure émérite des Universités de Démographie – Directrice de thèse
  • Philippe ANTOINE, Directeur de recherche en Démographie, Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
  • Carole BRUGEILLES, Professeur des Universités de Démographie, Paris-Ouest Nanterre la Défense
  • Youssef COURBAGE, Directeur de recherche en Démographie, Institut National d’Études Démographiques (INED)
  • Noureddine HARRAMI, Professeur des Universités de Socio-anthropologie, Université Moulay Ismail, Meknès (Maroc)

Résumé :
Au Maroc, lors de la première moitié du 20ème siècle, la transition à l’âge adulte des femmes et des hommes se caractérisait par le franchissement précoce de trois étapes successives, différentes selon le sexe. Chez les femmes, le premier seuil correspondait au départ du foyer parental, associé à l’entrée en union, suivie de la naissance du premier enfant. Tandis que chez les hommes, les trois événements étaient l’exercice d’une activité économique, le mariage et la venue du premier enfant. Ces différences genrées s’expliquaient par une distribution des rôles sexués dès l’enfance, c’est-à-dire par l’investissement des garçons dans la sphère publique (accès à la scolarité et à l’emploi) et des jeunes filles dans la sphère privée (tâches domestiques).

Cependant, en l’espace de quelques décennies, ces rôles traditionnels vont être remis en question. La démocratisation de l’enseignement et l’entrée dans la vie active des femmes vont profondément modifier les modes d’entrée dans la vie adulte (fin d’études, premier emploi, décohabitation parentale, mariage, et naissance du premier enfant).

Cette thèse révèle les mécanismes à l’œuvre lors de la construction des parcours de jeunesse, en prenant en compte le sexe, la génération et l’appartenance sociale des jeunes enquêtés. Elle repose sur une méthodologie quantitative et qualitative complémentaire, en se fondant sur une enquête biographique, réalisée dans la ville de Sidi Ifni (sud-ouest du Maroc), auprès des jeunes âgés de 15 à 35 ans (408 enquêtés), en 2009, et de 25 entretiens approfondis.