Genre et néo/orientalisme(s)

Publié le 18 octobre par Equipe GIS IdG

1er et 5e jeudis du mois de 14 h à 17 h (salle 015, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 3 novembre 2016 au 1er juin 2017

Genre et néo/orientalisme(s)

L’orientalisme, si on prend pour point de départ la définition d’Edward Said, est une manière de penser fondée sur la distinction ontologique et épistémologique entre l’Orient et l’Occident. Elle émerge au XVIIIe siècle en même temps que l’Europe accroît sa puissance politique, militaire et économique. En confrontant l’analyse de différentes configurations - territoires marqués par l’immigration postcoloniale, la colonisation française, britannique ou tsariste, ou encore par des situations d’impérialisme, nous proposons de discuter la pertinence du concept de néo/orientalisme pour analyser les discours qui circulent aujourd’hui en particulier sur le genre et l’islam : quelles continuités et quelles ruptures observe-t-on entre les discours d’aujourd’hui et ceux analysés par Edward Said, mais aussi entre les personnes qui tiennent ou ont tenu ces discours, et les configurations de pouvoir dans lesquelles ils se déploient ? Les échanges que nous prévoyons entre études littéraires, histoire, science politique, géographie, sociologie et anthropologie permettront d’éclairer cette question sous différents angles et à travers différentes méthodologies.

Les séances du séminaire aborderont : les fabriques néo/orientalistes des normes de genre et de sexualité ; les effets matériels et politiques des constructions néo/orientalistes ; les appropriations, négociations et contestations des néo/orientalismes.

Programme :

3 novembre :

Aslı Telseren, sociologue, Université Paris-Diderot, LCSP et CEDREF : « De l’orientalisme au néo/orientalisme : la reproduction des rapports sociaux de sexe et de “race”. »

- 1er décembre : Programme à préciser

Coord. Asli Telseren, sociologue, Université Paris-Diderot, LCSP et CEDREF

- 5 janvier :

Meriem Rodary, anthropologue, Université Paris-Diderot, URMIS : « Questionner la problématique genre et néo/orientalisme à l’aune du travail des femmes dans les pays du Sud et en migration »
Invitée à confirmer

- 2 février :

Simona Tersigni, sociologue, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Sophiapol : titre à préciser
Coord. Meriem Rodary, anthropologue, Université Paris-Diderot, URMIS.

- 2 mars :

Nasima Moujoud, socio-anthropologue, UGA-LARHRA, « Le néo-orientalisme, l’islamophobie et le néo-racisme au regard du genre de l’immigration en France »

- 30 mars :

Marien Gouyon, docteur en anthropologie, EHESS, « La politisation du quotidien, une re-signification des catégories identitaires homosexuelles à Casablanca »
Coord. Nasima Moujoud

- 4 mai :

Lucia Direnberger, postdoctorante, Centre genre, Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, Genève. « “Mieux vaut être transsexuel que gay en Iran”. Constructions néo/orientalistes et représentations des sexualités minoritaires »
Coord. Amélie Le Renard