Performances culturelles du genre

Séminaire

Publié le 9 novembre 2015 par Equipe GIS IdG

Séance du cycle Travestissements

Performances culturelles du genre : spectaculaires : le camp dans les arts du spectacle

Séminaire

  • Anne Castaing (CNRS/THALIM),
  • Mehdi Derfoufi (UNIL/IRCAV),
  • Tiziana Leucci (CNRS/CEIAS),
  • Fanny Lignon (Univ. Lyon 1/THALIM)

- Vendredi 13 novembre -­‐ 14h à 16h

- CEIAS -­‐ Salle 640
MSH (EHESS/CNRS)
190 av. de France
75013 Paris

Jean-­‐Yves Le Talec (Univ. Toulouse Jean Jaurès)

L’ancienne notion du camp, formalisée par Esther Newton, puis réactualisée dans le contexte post-­‐structuraliste et féministe de la Queer Theory, permet d’analyser les performances spectaculaires de l’homosexualité (Newton, 1979 ; Cleto, 1999).
Cette notion reste cependant polysémique et parmi ses nombreuses significations (efféminement ; style ou comportement exagérément théâtral ; (mauvais) goût populaire ; subculture gaie) le sens du terme camp oscille entre une dimension esthétique et une fonction relationnelle qui organise les rapports entre l’homosexualité et la norme, en mobilisant les ressorts de l’inconvenance, de la théâtralité et de l’humour. Dans l’une ou l’autre de ces perspectives, l’idée de performance est essentielle : elle éclaire le processus d’imitation propre au genre (Butler, 2005) et permet d’analyser différentes formes de rapports à l’hétéronorme, dans leur contexte d’énonciation et de représentation (Le Talec, 2012 ; 2015).