Ethique du care, réflexivité et espaces bienveillants dans la recherche : du terrain à la restitution

Publié le 3 mai par Equipe GIS IdG

laboratoire ENeC

Dans le cadre de son séminaire sur les méthodes qualitatives en géographie et sciences sociales, le laboratoire ENeC est très heureux de vous annoncer

l’intervention animée par Cha Prieur (ENeC) intitulée :

« Ethique du care, réflexivité et espaces bienveillants dans la recherche : du terrain à la restitution »

Ce séminaire se déroulera le mardi 17 mai 2016 de 13h00 à 15h00 à la Maison de la recherche, 28 Rue Serpente, 75006 Paris, salle S002.

RESUME
La réflexivité fut tout long de ma thèse (« Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance ») un guide permanent. Conscient.e de mes questionnements personnels et militants, j’ai dû interroger mon positionnement vis-à-vis de mes enquêté.e.s.

Après avoir défini la signification que je donne aux concepts de care et de bienveillance, je mettrai en évidence leur intégration au processus de recherche à partir du terrain jusqu’aux formes de restitutions diverses que je choisis de mettre en avant à présent. Je montrerai comment l’écriture de ma thèse a participé de cette éthique du care vis-à-vis des lecteur.ice.s en faisant très attention à l’accessibilité de mon écriture tout en répondant aux exigences académiques, mais aussi vis-à-vis des enquêté.e.s en cherchant le plus possible à garder leur anonymat, ce qui n’est pas si facile dans mon sujet.

J’illustrerai aussi la manière dont cette période de l’après-thèse me permet d’expérimenter différentes formes de restitution : de séminaires dans le cadre d’universités populaires ou de groupes de chercheur.e.s engagé.e.s, à une écriture plus militante dans le cadre de zines ou de blogs. Hors cadre universitaire, je montrerai comment éthique du care, réflexivité et espaces bienveillants peuvent aussi se décliner lors d’émissions de radios féministes, et surtout sous le format de l’atelier, déjà développé dans ma thèse, qui permet de créer des espaces bienveillants où la créativité, les émotions des personnes et leurs traumatismes ont toute leur place. Ce dernier exemple me permettra d’esquisser des pistes de recherches, aussi bien théoriques (développement de la spatialisation des concepts de violence et d’espaces bienveillants, notamment dans le cadre des violences interpersonnelles, conjugales et familiales) que méthodologiques (utiliser les outils de communication développés par certaines approches de psychothérapies humanistes dans le cadre d’entretiens individuels ou en groupe, ou encore faire des relations entre chercheur.e.s et enquêté.e.s des espaces bienveillants).

L’intervenant.e :
Cha Prieur est docteur.e en géographie, chercheur.e indépendant.e et membre du laboratoire Espaces, Nature et Culture (UMR 8185 ENeC). Iel a soutenu en 2015 sa thèse intitulée : « Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance. Etude à la lumière des milieux parisiens et montréalais ». Iel s’inscrit dans les champs des géographies critiques, des genres et des sexualités et porte un intérêt particulier à la méthodologie de la recherche.

Entrée sur présentation d’une carte professionnelle ou d’étudiant à l’entrée de la Maison de la Recherche, dans la limite des places disponibles.

- Les personnes non membres de l’Université Paris-Sorbonne souhaitant assister au séminaire sont priées de se signaler à l’avance à Olivier Milhaud <milhaud.olivier@gmail.com> , afin que leurs nom et prénom soient transmis au préalable aux vigiles à l’entrée.