Du travestissement au transgenre dans l’Occident médiéval : pratiques et représentations

Performances culturelles du genre - Cycle : Travestissements

Publié le 8 juin par Soifia

Date : Vendredi 10 juin - 14h à 16h
Adresse : MSH (EHESS/CNRS)
190 av. de France 75013 Paris
Salle 640

Intervenante : Chloé Maillet

Hildegonde/Joseph était un-e jeune orphelin-e du XIIe siècle habillé-e en homme pour accompagner son père à Jérusalem et qui, après plusieurs aventures, devint novice au monastère. Les hommes qui firent sa toilette funèbre découvrirent avec étonnement son sexe de naissance.

Comment penser le passage du travestissement au changement de genre ? Peut-on parler de transgenre au Moyen Âge central ? A travers plusieurs études de cas, tantôt réels tantôt fantasmés ou mis en images, se dessine le projet de faire une histoire des pratiques transgenres dans l’Occident médiéval.

Il s’agit de définir un ensemble de situations qui révèlent en creux la question du genre et sa performativité à une époque où, littéralement, l’habit faisait le moine et faisait aussi le riche, le pauvre, l’homme, la femme. Afin d’évoquer ces expériences peu accessibles dans les sources (car un changement de genre réussi à cette époque disparaît puisqu’il n’est reconnu de personne), l’approche s’inspire de la microstoria, changeant l’échelle pour s’attarder sur quelques personnages, et à travers eux retracer l’histoire d’une pensée et les multiples avatars pris par cette figure du transgenre, en la confrontant à tous les cas qu’il a été possible de recenser. On décrira également d’autres cas de moines transgenres auxquel-lle-s il-elle a été comparé, des raisons qui poussent à emprunter plus ou moins durablement l’habit d’un autre genre, des différences entre bisexuation occidentale et trisexuation à Byzance, et de la pensée fluide du genre dans le monachisme occidental.

Chloé Maillet, docteure en histoire et civilisations à l’EHESS, post-doctorante au musée du quai Branly, auteure de La parenté hagiographique (XIIIe-XVe siècle) D’après Jacques de Voragine et les manuscrits enluminés de la ’Légende dorée’ (c.1260-1490), Brepols publishers, 2014.