Littérature et sida, alors et encore

Publié le 22 novembre par Equipe GIS IdG

Littérature et sida, alors et encore

études réunies par Alessandro Badin, Università di Verona, Stefano Genetti, Università di Verona, Fabio Libasci, Università di Verona et Jean-Marie Roulin, Université Jean-Monnet-UMR IHRIM, Saint-Étienne

Trois décennies après l’émergence du VIH, à l’ère du « post-sida », deux générations de chercheurs dressent le bilan des représentations qu’en a données la littérature française. Depuis les premiers pseudo-témoignages jusqu’à l’historicisation du sida, à l’intériorisation du deuil et à l’insurrection contre la sérophobie, autour de l’œuvre de Guibert et d’autres écrivains (Hocquenghem, Lagarce, Dustan), se dispose toute une constellation de récits alliant autobiographie et fiction. La pluralité d’approches (études littéraires, de genre et culturelles) interroge l’actualité d’un phénomène et de ses multiples implications, aussi bien intimes que politiques, esthétiques que morales. Le VIH/sida s’avère un opérateur herméneutique pour explorer le corps et la maladie, le désir et la mort, pour rompre le silence et repenser l’identité.