Décoloniser le féminime

Collection La vie morale

Publié le 19 octobre par Equipe GIS IdG

Présentation de la collection «  La vie morale  »

À l’occasion de la parution du livre de Soumaya Mestiri, Décoloniser le féminisme, les Éditions Vrin ont le plaisir de vous adresser une présentation de leur collection «  La vie morale  », dirigée par Sandra Laugier.

La demande éthique qui émane de la société ou des institutions et s’adresse à la philosophie traduit une perplexité devant la situation morale créée par les évolutions du monde contemporain. C’est dans le domaine de l’éthique appliquée que les développements, comme les besoins, sont depuis longtemps le plus visibles. Bioéthique, nanoéthique, éthique de l’environnement, du développement durable, éthique animale, de la manipulation du vivant  : la liste des nouveaux domaines qui s’offrent à la réflexion, à l’enquête et à la critique philosophique est ouverte. Mais c’est aussi le changement d’échelle des enjeux éthiques – justice globale, crise environnementale, mobilisations planétaires… – qui transforme les questions morales aujourd’hui.

Ces objets, concepts et terrains nouveaux ne peuvent être examinés qu’au prix de remaniements de l’éthique normative  : émergence des éthiques féministes du care, formes rénovées du conséquentialisme et de l’utilitarisme, du perfectionnisme moral, psychologie morale et sociale, théorie des affects  ; et de la métaéthique, avec le réalisme moral, les versions du naturalisme, le particularisme moral, l’éthique expérimentale…. L’éthique envisage aussi nos pratiques normatives, l’ensemble des activités et discours par lesquels les agents humains dessinent les contours de leurs formes de vie, exprimant leurs engagements, donnant à l’expérience ordinaire sa forme morale. Ces pratiques morales exploratoires signalent l’irréductibilité et l’épaisseur de l’exigence morale qui s’y exprime et agit sur nos vies.

Ces directions conjuguées définissent le projet de cette collection, ouverte à tous les styles et sujets de réflexion morale et à toutes les disciplines qui engagent la vie morale. Elle vise à promouvoir l’éthique comme discipline de recherche et comme manière de donner forme à notre vie.


Soumaya Mestiri

Décoloniser le féminisme. Une approche transculturelle


Vrin, collection « La vie morale »
978-2-7116-2693-9, 180 p., 12,5 × 18 cm, 18 €.

Quel féminisme pourrait aujourd’hui réunir les Nords et les Suds  ? Sans nul doute un féminisme non hégémonique, qui prenne en compte les spécificités des unes et des autres mais qui, ce faisant, ne cherche pas opposer centre et périphérie. Ces caractéristiques, qui représentent autant d’exigences, sont précisément celles d’un «  féminisme de la frontière  », capable de se projeter, qui croise sans recouper, et qui rejette aussi bien la fusion que l’hybridation  : un féminisme «  transversal  », foncièrement décolonisé.
Cet ouvrage se propose de déconstruire des catégories classiques assimilées ou appliquées au féminisme, comme le care ou l’empowerment, dans une approche qui emprunte tout à la fois à la philosophie sociale et à la pensée décoloniale, pensée qui se définit à la fois contre la postmodernité et la postcolonialité. Féminismes du Nord et du Sud d’hier et d’aujourd’hui sont ainsi soumis à une critique de fond, à la fois historique et épistémologique, s’agissant aussi bien de décoloniser la Shéhérazade médiévale que la Fat(i)ma adepte du féminisme dit musulman, et les femmes du Kazanistan rawlsien autant que celles de la Tunisie post-révolutionnaire.

Soumaya Mestiri est professeure de philosophie politique et sociale à l’Université de Tunis. Ses travaux portent sur les théories de la justice, essentiellement contemporaines, ainsi que sur le féminisme décolonial.

Consulter la table des matières de l’ouvrage.