TOURISME SEXUEL ET RELATIONS CONJUGALES EN THAÏLANDE ET EN MALAISIE

Publié le 9 septembre 2015 par Equipe GIS IdG

TOURISME SEXUEL ET RELATIONS CONJUGALES EN THAÏLANDE ET EN MALAISIE

« Tu me ramèneras une petite Thaïlandaise ? » est sans doute la réflexion que l’on m’a le plus adressée lors de mon départ sur le terrain thaïlandais. Tout est dit : la représentation fantasmée des Thaïlandaises, leur objetisation, leur disponibilité, ainsi que l’intérêt du voyage. Avec le développement des échanges mondialisés, les interactions sexuelles et/ ou amoureuses entre Occident et pays en développement deviennent de plus en plus fréquentes. À travers l’étude comparative des relations entre Occidentaux et Thaïlandais ou Malaisiens ce livre explique comment, par le biais des hiérarchies de genre, de classe et de « race », les acteurs occidentaux et orientaux tentent de revaloriser leur capital économique, culturel, social et symbolique. Si en Thaïlande les femmes issues d’une classe défavorisée peuvent espérer une certaine assurance financière, dans le pays voisin les femmes d’un milieu aisé souhaitent accéder à davantage de liberté face à l’emprise de la culture et de la religion locales. Ce désir de l’autre cache souvent chez les Occidentaux un rejet des dites « valeurs occidentales », notamment l’égalité des sexes, et une volonté de retour vers des valeurs considérées plus « stables », « traditionnelles » et « hiérarchisées ». L’auteur démontre ainsi comment les interactions amoureuses mondialisées sont un instrument de valorisation du capital et un moyen de redéfinir les hiérarchies sociales.

Marion BOTTERO est Docteure en ethnologie de l’Université de Nanterre. Elle a effectué sa thèse de Doctorat, basée sur un terrain de trois ans en Malaisie et en Thaïlande, sur le thème des échanges amoureux et sexuels à travers le prisme du pouvoir, du genre et de la mondialisation.