Violence des normes de genre et émancipation politique

Publié le 11 mai par Equipe GIS IdG

JOURNÉE DE RECHERCHE ET CRÉATION
(Performances - Conférences - Table-ronde)

Violence des normes de genre et émancipation politique

au Théâtre Sorano, Toulouse
le 21 mai de 9h à 19h

L’art participe ou non au renforcement des stéréotypes et des énonciations collectives qu’elles soient culturelles, symboliques ou sociales. Il peut relever soit d’une simple duplication du paysage idéologique existant, soit travailler à le déconstruire, le complexifier, le resymboliser en proposant de nouvelles formes de représentation, ouvrant ainsi à des contre-récits au sein d’un ordre narratif majoritaire. Si Judith Butler décrit le genre comme une norme régulatrice créée et entretenue par des « performances sociales ininterrompues » (Trouble dans le genre), il semble d’autant plus nécessaire d’interroger la manière dont les pratiques artistiques questionnent, répètent, dupliquent ces mêmes procédures performatives à la lumière du médium théâtral lui-même.
À la croisée de la pratique et de la théorie, cette journée d’étude interroge la représentation de la violence normative et la violence des représentations normées sur scène en faisant dialoguer des communications classiques avec la présentation de deux performances : Pour en finir avec la mascarade de/avec Morgane Lory et Il n’y a pas de certitude avec Julie Moulier, mis en scène par Keti Irubetagoyena. Elle entend réunir des praticien-ne-s, inscrit-e-s dans une démarche de recherche et des chercheur-se-s soucieux-ses d’articuler recherche et création.