Les "fausses prophétesses".

Entre Moyen Âge et Epoque moderne

Publié le 31 mai par Equipe GIS IdG

Programme de la demie journée d’étude du groupe Histoire du genre du CRH (http://genre.ehess.fr/), sur le thème

Les "fausses prophétesses". Entre Moyen Âge et Epoque moderne

Lundi 6 juin de 14h30 à 18h
Journée d’étude coorganisée par
Sylvain Piron (EHESS, GAS, genreCRH)
Xenia von Tippelskirch (EMoDiR, genreCRH)

Dans le cadre d’une coopération entre le Groupe de recherche international sur
Early Modern religious Dissents and Radicalism, le Groupe d’Anthropologie Scolastique
et le Groupe de recherche Histoire du Genre du CRH.
Selon le célèbre texte de Saint Paul, les femmes n’ont pas droit à la parole dans l’Église. Il existe pourtant une exception dans l’histoire du christianisme, à savoir lorsque Dieu se sert directement de la voix des femmes pour s’adresser à ses fidèles. Certaines femmes ont pu ainsi au fil des siècles s’affranchir des normes sociales en vigueur et transgresser les bornes de la théologie doctrinale. A ce titre, la prophétie féminine comme parole publique a souvent agité les autorités ecclésiastiques, qui soupçonnaient une origine démoniaque ou une simple supercherie. Ces débats illustrent les enjeux et limites du genre dans la transgression, et posent plus précisément la question de la femme comme instrument du divin. Deux études de cas exploreront de près ces mécanismes à travers les époques.

Sean L. Field (University of Vermont)
Paupertas de Metz – une ‘fausse prophète’ au temps de Charles de Valois

Lionel Laborie (Université de Tübingen)
Le Boehmisme est-il un féminisme ? Genre et mysticisme en Angleterre (XVIIe-XVIIIe siècles)

Commentaires :
Elizabeth A.R. Brown (University of Princeton)
Sophie Houdard (Université Paris III)