Écriture, femmes et engagement. Une question de genre

Publié le 8 novembre par Equipe GIS IdG

Pendant des siècles, écartées de la sphère publique, les femmes ont été reléguées à un rôle s’exerçant uniquement dans le domaine de l’intime. Elles sont les grandes oubliées de l’Histoire. Mais ce silence ne signifie pas pour autant qu’elles ont été inactives, bien au contraire. Concernées par la société, contemporaines des événements, à l’origine de mouvements sociaux et politiques, elles ont été et sont des actrices dont l’engagement s’est manifesté à travers les failles et fissures du système patriarcal. Malgré les discriminations genrées, l’écriture s’est présentée dès lors comme une arme brandie dans le but de se faire entendre, et de faire entendre les voix des opprimés.

Même si la formule « littérature engagée » est apparue au vingtième siècle, cette journée d’étude montre que la notion d’ « engagement » à travers l’écriture chez les femmes existe depuis le MoyenÂge, notamment en France et en Italie, sous les plumes de Dhuoda, Christine de Pizan et Eleonora De Fonseca Pimentel. Dans le domaine anglophone, l’engagement politique, idéologique et social des femmes trouve un terrain privilégié dans diverses formes d’écritures fictionnelles et non-fictionnelles, qu’il s’agisse, au 19e siècle, en Grande-Bretagne de la romancière Charlotte Brontë et de l’écrivaine engagée Annie Besant, ou au 20e siècle, aux Etats-Unis, de l’auteure Sylvia Plath ou de la biologiste Rachel Carson, ou enfin de la romancière sud-africaine Nadine Gordimer.

Un échange aura ensuite lieu lors d’une table ronde à la bibliothèque municipale Toussaint, en présence de deux auteures argentines, Laura Alcoba et Sara Rosenberg, et de l’écrivaine algérienne, Nadia Sebkhi.

Autant d’expressions de l’engagement littéraire venant croiser les études de genre que cette manifestation se propose d’explorer, en parcourant le temps et les aires géographiques, sous forme de miscellanées aussi variées et riches que la créativité au féminin.

Programme

9h15 │Accueil

9h45 │ Présentation de Christine Bard, Professeure d’histoire contemporaine, responsable du programme régional GEDI

10h │

  • Frédérique Le Nan, MCF HDR en langues et littératures du Moyen-Âge, CERIEC, Université d’Angers, De Christine de Pizan à Annie Ernaux (lectures croisées)
  • Laure Crémona, Doctorante en littérature médiévale, CERIEC, Université d’Angers, Parcours féminins d’exception au Moyen-Âge. Du siècle à la chanson de geste, Dhuoda, Orable, Ermangarde
  • Emilie Lehours, Docteure en études romanes, CRINI, Université de Nantes, Eleonora De Fonseca Pimentel et la république parthénopéenne de 1799

11h : Pause café

11h15 │

  • Gelareh Yvard, MCF en civilisation américaine, CRILA, Université d’Angers, Rachel Carson, écrivaine engagée et son héritage politique et social
  • Taïna Tuhkunen, Professeure en Études anglophones, CRILA, Université d’Angers, Exclusion, émergence et engagement dans l’œuvre poétique de Sylvia Plath (1932-1963)

12h15 : Déjeuner

14h15 │

  • Pascale Denance, MCF en littérature américaine, CRILA, Université d’Angers, Révolte et aspirations identitaires dans Jane Eyre, de Charlotte Brontë
  • Jean-Michel Yvard, MCF en Histoire des idées et civilisation britannique, CRILA, Université d’Angers, Annie Besant, itinéraire d’une femme engagée : du militantisme séculariste à l’activisme théosophique
  • Benaouda Lebdaï, Professeur de littérature postcoloniale, 3L.AM, Université du Maine, La genèse de l’engagement de la romancière sud-africaine Nadine Gordimer

18h30 │ Table ronde : Ecriture, femmes et engagement A la médiathèque Toussaint

Date : 10 novembre 2016
Lieu : Maison de la Recherche Germaine Tillion, amphi Germaine Tillion - 5 bis Bd Lavoisier
Angers, France (49)
Plus d’informations : http://calenda.org/381600