TRAVAIL, TEMPS, POUVOIRS et RÉSISTANCES

Publié le 31 mai par Equipe GIS IdG

Vol. 30, no 2 - 2017
TRAVAIL, TEMPS, POUVOIRS et RÉSISTANCES

Sous la direction d’Aline Charles et d’Elsa Galerand

Centré sur la division sexuelle du travail, ses temporalités et ses relations aux autres rapports sociaux de production, ce numéro à venir de la revue Recherches féministes veut donner une profondeur historique aux transformations auxquelles nous assistons dans le contexte de la mondialisation néolibérale : quelles sont les nouvelles modalités de la division sexuelle du travail (rémunérées ou non) ? En quoi se démarquent-elles des modalités plus anciennes, héritées des siècles précédents ? Comment ses reconfigurations s’imbriquent-elles aujourd’hui avec les autres formes de divisions sociales (« raciales », internationales, générationnelles, etc.) du travail ? Quels sont les effets de ces transformations sur les rapports au temps, les pratiques de résistance et les luttes féministes ? En rapport avec cette problématique générale, les textes sollicités ici pourraient s’inscrire dans trois axes de réflexion plus précis et qui nous semblent encore peu explorés par la réflexion féministe sur le travail.Le premier axe, « Les catégories d’analyse du travail à l’épreuve du temps », veut mettre en perspective les réorganisations actuelles du travail en discutant des catégories à partir desquelles elles sont
appréhendées. Dans des contextes temporels précis, il s’agirait de remettre en question le caractère d’évidence que le temps confère aux distinctions établies entre production et reproduction, travail rémunéré et non rémunéré, activité et inactivité, emploi et chômage, ou encore entre salariat, rémunération et don. Des analyses intersectionnelles ou imbricationnistes sur les négociations, les ambivalences et les résistances que génèrent les différentes catégorisations du travail seraient également souhaitées.

Le deuxième axe, « Le travail à l’aune du genre et de l’âge », propose d’affiner la réflexion intersectionnelle sur la manière dont le genre et l’âge structurent l’univers du travail, entendu au sens large.
Des recherches ont montré que ces deux systèmes de rapports sociaux créent des hiérarchies entre les diverses formes d’activité, donnent lieu à des relations de pouvoir entre individus et groupes au travail.

Croiser les regards historiques, sociologiques ou autres donnerait l’occasion de s’interroger sur la naturalisation des normes de genre et d’âge tout en examinant les transgressions qui en découlent. Cette réflexion paraît d’autant plus pertinente que les approches intersectionnelles négli
gent encore l’âge en tant que rapport social structurant et structuré par l’organisation du travail.
Enfin, le troisième axe, « Travail domestique et renouvellements des critiques féministes de l’économie politique », s’intéresse à la manière dont les débats féministes et les lignes de fracture se sont recomposés sur la question de l’exploitation du travail domestique, depuis les années 70. Il s’agirait d’abord d’éclairer les tensions entre des théorisations concurrentes du travail domestique (gratuit, reproductif, d’entretien physique et psychique, de santé, de soin (care), de production d’enfants, etc.). Des analyses empiriques sur le travail domestique lui-même, ses temporalités et sa distribution – entre hommes et femmes, mais aussi entre femmes – pourraient également être proposées. Enfin, nous souhaiterions ouvrir la réflexion sur les résistances qui se donnent à voir sur ce front comme sur l’articulation entre travail domestique, d’une part, et travail militant, d’autre part.

- Les propositions (300 mots) doivent parvenir à la revue avant le 1er septembre 2016.

- Les manuscrits (7 000 mots) doivent être soumis au plus tard le 1er mars 2017 et respecter le protocole de publication (www.recherchesfeministes.ulaval.ca/protocole-de-publication/). Ils doivent être transmis au secrétariat de la revue (revuerecherchesfeministes@ccb.ulaval.ca) ainsi qu’aux responsables du numéro : Aline Charles (Aline.Charles@hst.ulaval.ca) et Elsa Galerand (galerand.elsa@uqam.ca).