Genre et politiques urbaines

revue Géocarrefour

Publié le 28 octobre 2015 par Equipe GIS IdG

Appel à contributions pour la revue Géocarrefour

Genre et politiques urbaines

Appel à contributions pour la revue Géocarrefour

Voir le descriptif complet

Extrait
Les villes contemporaines sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale. Pourtant, tout en étant créatrices de pratiques nouvelles et porteuses d’innovation, elles restent le reflet des normes sociales dominantes dans leurs dynamiques sociales, économiques, urbanistiques et paysagères.

Ce dossier thématique propose de croiser les inégalités de genre et les politiques urbaines. Cette orientation prend place dans un contexte urbain, avec les spécificités propres à la taille de l’espace urbain envisagé (petite et moyenne ville, métropole…). Les politiques urbaines entendues ici sont d’abord des politiques publiques, elles sont des outils locaux, régionaux, nationaux, supranationaux, et sur des enjeux locaux, urbains, sociaux en passant par le biais de la rénovation du bâti, de l’urbanisme, par l’intervention sociale sur un ou des groupes ciblés par une série de critères, par la prise en compte territoriales. Différentes aires géographiques peuvent être concernées, différentes échelles d’application et/ou de décisions peuvent être croisées.

Les projets de rénovation urbaine tout comme l’urbain qu’ils modifient sont autant le reflet de normes sociales dominantes, masculines que ne l’étaient les constructions précédentes. L’espace public serait ainsi alloué aux hommes et l’espace privé aux femmes tout comme la ville serait attribuée aux hommes, le logement aux femmes. Cette assignation sexuée des espaces de l’habiter n’est que rarement remise en question et perdure à travers des manières de reproduire la ville.

Les critiques féministes ont pu, par diverses démarches montrer les difficultés quotidiennes, comme par exemple, les marches exploratoires expérimentées à Montréal puis en Amérique latine et en Europe. En Allemagne, indique Sandra Huning, « des spécialistes féministes de l’urbanisme critiquent depuis les années 1970 les structures spatiales fordistes incompatibles avec le quotidien et les besoins de la plupart des femmes : la séparation des fonctions urbaines de production et de reproduction (entreprises dans les centres-villes et les zones industrielles, logements dans les banlieues) a compliqué la tâche des femmes et des mères désireuses de concilier ces aspects de leur vie. En réaction, elles ont développé des modèles d’urbanisme visant à adapter le milieu citadin. »

Aborder les politiques urbaines à travers la place proposée et prise par les femmes implique d’interroger les comportements, les qualifications car les rapports sociaux de sexe sont le plus souvent impensés et reposent implicitement sur des présupposés de détermination naturaliste. Les politiques urbanistiques de plus en plus sécuritaires s’appuient sur la vulnérabilité notamment féminine sans forcément répondre à l’expression du sentiment d’insécurité. La résidentialisation, qui est préférée à la porosité des espaces privés et publics ne le favorise pas.

Délais et consignes

Les auteurs peuvent communiquer avec Corinne Luxembourg corinne.luxembourg@gmail.com ou Dalila Messaoudi dalilamessaoudi@hotmail.fr, coordinatrices du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toute question scientifique en lien avec ce texte.

- Conformément à notre procédure de soumission, les articles seront déposés en ligne à l’adresse du secrétariat de rédaction (andre.buisson-at-univ-lyon3.fr) au plus tard au 31 janvier 2016. Ils pourront être rédigés en français ou en anglais. D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), ils respecteront les normes de la revue indiquées sur le site (http://geocarrefour.revues.org/index1017.html). Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) le 31 mai 2016 au plus tard.