Colloque Familles profanes / Coloquio Familias profanas

Publié le 20 juin par Equipe GIS IdG

L’idée de famille en Occident, en tant qu’institution sociale minimale (Auguste Comte, LePlay), non seulement est en crise mais semble aujourd’hui obsolète lorsqu’il s’agit de penser les nouveaux liens affectifs et identitaires entre les personnes (recomposition familiale, regroupement familial, homoparentalité, monoparentalité, adoption, fécondation in vitro…etc.) (Roudinesco, Singly). La complexité des relations familiales et du contexte social impose un travail de réinterprétation pour aborder la thématique. Penser la famille engagerait à penser la
question sous l’angle des problématiques du genre (Kristeva, Butler, Héritier), des rôles sociaux, du pouvoir (Bourdieu, Jelin, Agamben), des transmissions (Lacan, Singly), des identités ou des pratiques quotidiennes (Kaufmann) dans le cadre d’un système de références à la fois intimes et collectives. Ainsi, le recours au thème de la famille peut apparaître comme symptomatique de modélisations sociales, de récits associés à la mémoire historique, à l’exclusion, à la fracture entre générations, à des traumatismes, à des mythologies, à des angoisses et à des héritages (Abraham et Torok, Drucaroff, Amado et Domínguez).

De quelle manière, dans un contexte mouvant, le roman et le théâtre reflètent-ils cette interaction permanente entre famille et société ? Comment ces deux genres remettent-ils en question les représentations de la famille ? Quelles stratégies sont mises en oeuvre dans le texte et la scène hispano-américaine pour appréhender ces nouvelles identités individuelles et collectives (roman de la famille, autofiction, théâtre intime, biodrames, frontières fragilisées entre narration et théâtre, entre réalité et fiction) ? À travers la littérature et le théâtre hispano-américains, ce colloque se propose d’analyser les multiples aspects de la famille, en tant qu’institution à la croisée de trajectoires individuelles et sociales, à la fois espace de conflits et nid protecteur (Michelle Perrot).

Organisation : Joana Sanchez (Université de Strasbourg) et Silvia Rosa Torres (Université de Lausanne)

Dates :
- 7 et 8 mars : Université de Strasbourg
- 9 et 10 mars : Université de Lausanne