L’Ange et les pervers de Lucie Delarue-Mardrus

Publié le 23 octobre par Heta Rundgren

Rencontre avec Nelly Sanchez à la librairie Violette et co, le 25 octobre 2017 à 19h (Sanchez a établi l’édition critique du livre, publié par Société des Textes Français Modernes, 2017).

mercredi 25 octobre 2017
Rencontre avec NELLY SANCHEZ pour l’édition critique qu’elle a publiée de "L’Ange et les pervers" de LUCIE DELARUE-MARDRUS - 19h

L’Ange et les Pervers
Le premier écrit (1930) où Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945) évoque son orientation sexuelle et tâche de la justifier. Le protagoniste, Marion Hervin de Valdeclare, est un hermaphrodite, qui mène une double vie. Suivant qu’il est Miss Hervin ou Mario de Valdeclare, il fréquente les sphères gays ou lesbiennes de la Capitale, le monde du théâtre. La bisexuation du personnage, particularité biologique, est à considérer comme la métaphore du caractère inné de l’homosexualité de l’auteure. Comme le protagoniste, celle-ci ne fait, en définitive, que suivre sa nature. Pour l’auteure, point d’essence féminine, tout n’est qu’apprentissage forcé de comportements socialement attendus d’une femme. Ce roman porte en germe tous les éléments qui conduiront Simone de Beauvoir à écrire, en 1941, "Le Deuxième sexe".

Lucie Delarue-Mardrus, texte établi et présenté par Nelly Sanchez, Société des Textes Français Modernes, 212 p.

Publié en 1930 puis en 1934, L’Ange et les Pervers occupe à plus d’un titre une place particulière dans la carrière littéraire de Lucie Delarue-Mardrus. Sa construction narrative, le style employé, laisse penser qu’il s’agit d’un roman à quatre mains. D’autre part, il est le premier roman à clefs de l’auteure, inaugurant ainsi une série d’écrits autobiographiques, laquelle s’achève en 1938 avec Mes Mémoires. Dans le Paris des Années folles, l’auteure refait vivre des personnalités de la Belle Époque comme Natalie Clifford Barney. Chaque fois que cela a été possible, nous avons établi une corrélation entre réalité et fiction, mettant à jour certaines constructions de personnage.

Il est surtout le premier écrit où Lucie Delarue-Mardrus évoque son orientation sexuelle et tâche de la justifier. Le protagoniste, Marion Hervin de Valdeclare, est un hermaphrodite, qui mène une double vie. Suivant qu’il est Miss Hervin ou Mario de Valdeclare, il fréquente les sphères gays ou lesbiennes de la Capitale, le monde du théâtre. La bisexuation du personnage, particularité biologique, est à considérer comme la métaphore du caractère inné de l’homosexualité de l’auteure. Comme le protagoniste, celle-ci ne fait, en définitive, que suivre sa nature.

Au-delà de l’intérêt biographique, Lucie Delarue-Mardrus développe dans L’Ange et les Pervers sa conception de la féminité, adoptant une démarche qualifiée plus tard de constructiviste. Pour elle, point d’essence féminine, tout n’est qu’apprentissage forcé de comportements socialement attendus d’une femme. L’Ange et les Pervers semble dès lors porter en germe tous les éléments qui conduiront Simone de Beauvoir à écrire, en 1941, Le Deuxième sexe.