Migrations par le mariage et intimités transnationales

Publié le 2 octobre par Institut du genre

Numéro coordonné par Hélène Le Bail, Marylène Lieber et Gwenola Ricordeau.

La popularisation, en France, des expressions « mariage blanc » et « mariage gris », à l’instar de celle de « green card marriage » aux États-Unis, signale une visibilité croissante du mariage comme voie migratoire, éclipsant en partie la focalisation classique sur les migrations de travail. Ces deux dernières décennies, de nombreuses recherches, en particulier anglophones, se sont intéressées à l’articulation contemporaine des dynamiques migratoires et matrimoniales, un phénomène qui ne peut être réduit ni à la question des mariages mixtes, ni à celle des migrations pour raisons familiale.
Dans ce dossier, nous avons voulu rassembler des recherches menées sur les différents continents, dans des contextes historiques et socioéconomiques divers, afin de mettre en valeur les tendances communes, tout comme la variété des situations concrètes et donner à voir, pour un public francophone, la richesse des questionnements qu’implique l’articulation entre mobilités transnationales et intimités matrimoniales.

Publié par l’Harmattan.
Egalement disponible en ligne sur Cairn.info.