Médicalisation de la sexualité

Publié le 11 juin par Institut du genre

Histoire, médecine et santé, n°17, numéro sous la direction de Sylvie Chaperon.

L’histoire de la sexologie, tout comme l’histoire de la sexualité plus globalement, est récente et surtout développée pour le nord de l’Europe. Si les noms des grands sexologues germanophones ou anglophones sont connus et disposent en général de biographies, leurs homologues français, belges, portugais, espagnols, suisses, italiens restent encore largement dans l’ombre. Ce développement inégal de l’historiographie entraîne une vision très partielle de la constitution du savoir savant sur la sexualité. En effet, on peut supposer que les sexologies latines, qui se sont développées dans des contextes culturels différents, ont des traits propres. Plus généralement, on observe des transferts culturels (traductions, réseaux de chercheurs) entre ces pays, sans doute au moins aussi importants que les apports venus d’Allemagne, du Royaume-Uni ou des pays scandinaves. Ce numéro vise donc à rééquilibrer l’historiographie en s’interrogeant sur des spécificités latines.

Contributions de Julie Mazaleigue-Labaste, Tommy De Ganck, Taline Garibian, Chiara Beccalossi, Cynthia Kraus, Véronique Mottier, Vincent Barras, Alain Giami.

Accès à la revue en ligne