Libère-toi, cyborg !, de ïan Larue

Publié le 3 octobre par Institut du genre

A la fin de son Manifeste cyborg, Donna Haraway présente une liste de lecture : de la science-fiction. Personne en général ne prend au sérieux cette Liste H : la science-fiction, c’est de la distraction futile. Vraiment ?

En menant une simple lecture littéraire de ces romans, dont la liste en réalité ne doit rien au hasard, on découvre que le cyborg est une réalité la cyborg : plutôt femme, plutôt noire mais capable d’autres avatars, plutôt exploitée dans les zones franches industrielles où elle assemble de l’électronique, elle incarne la promesse d’une coalition nouvelle, au-delà des genres et des races. L’alliance cyborg permet de muter, sans unité, sans innocence et sans promesse d’avenir, vers un féminisme queer qui balaie définitivement les binarismes, particulièrement celui de deux puissantes marques commerciales, l’homme™ et la femme™.