Femmes d’Afrique. Entre normes sociales contraignantes et nouveaux possibles

Publié le 4 septembre par Institut du genre

Face aux changements politiques (colonisation, décolonisation, autoritarismes et démocratisation), socioéconomiques (libéralisation, mondialisation des échanges, flexibilité et précarisation de l’emploi, bouleversements au sein de la famille) et religieux (montée de la piété, médiatisation du religieux, émergence de nouvelles autorités) en Afrique, les femmes ont inlassablement et profondément posé leur marque.

En écho à ces différents contextes, ce livre s’inscrit dans plusieurs tendances de la recherche : faire état de l’hétérogénéité du militantisme politique féminin et des recompositions des rapports de genre au cours du XXe siècle ; revisiter les concepts d’empowerment et de religious agency et démontrer leur efficience et leurs limites sur le terrain empirique ; analyser les conditions dans lesquelles s’inscrivent les migrations internationales des femmes et leurs effets sur leur statut, leur vie de couple, leur vie familiale et leurs aspirations.

Muriel Gomez-Perez est professeure au département des sciences historiques de l’Université Laval (Québec, Canada), membre du laboratoire du CESSMA de l’Université Paris Diderot-Paris 7 et du CIRAM de l’Université Laval.
Ont également contribué à cet ouvrage : Léa Barreau, Emmanuelle Bouilly, Sylvia Bruzzi, Ilaria Buscaglia, Catherine Coquery-Vidrovitch, Brandon County, Marloes Janson, Laurence Marfaing, Adeline Masquelier, Nathalie Mondain, Céline Pauthier, Ophélie Rillon, Marie Rodet, Maud Saint-Lary, Julia Vorhölter.

Présentation complète et table des matières sur le site de l’éditeur.