Genre et discriminations

Publié le 6 juin par Heta Rundgren

Ouvrage coordiné par Mireille Eberhard, Jacqueline Laufer, Dominique Meurs, Frédérique Pigeyre et Patrick Simon, février 2017, Editions iXe.

JPEG - 3.7 ko

Le développement simultané des études sur le genre et des recherches sur les discriminations amène à interroger la définition même de ces termes et leur imbrication. Si le genre est une catégorie d’analyse visant à dénaturaliser les différences de sexe et les rapports de domination qui les consacrent, la notion de discrimination qualifie tout traitement préjudiciable fondé sur un critère illégitime ­– le sexe, par exemple, ou l’âge, la classe, l’origine ethnique. Issu d’un colloque organisé en juin 2013 à l’Université Paris-Diderot, l’ouvrage rassemble des contributions qui, en croisant ces deux approches, ouvrent des pistes nouvelles à la lutte contre les exclusions et les inégalités.

Les concepts de genre et de discrimination découvrent dans les inégalités le produit de rapports sociaux qui distribuent les êtres humains en catégories hiérarchiques faussement rapportées à la « nature ». En révélant les structures profondes de ces inégalités, ils légitiment un questionnement critique sur l’organisation de nos sociétés. Mais ils ont des champs d’application propres et sont mobilisés pour des raisons et à des fins différentes, dans des arènes distinctes.

Les onze textes ici rassemblés traitent, chacun à sa manière, de la nécessaire articulation de ces deux concepts. Qu’il s’agisse de détecter les discriminations sous les inégalités de genre, d’appliquer une grille genrée aux discriminations ou de développer une analyse intersectionnelle, ils contribuent à rapprocher des champs intellectuels qui ont longtemps évolué en parallèle.

L’ouvrage s’organise en trois parties : « Déconstruire le genre et rendre visibles les discriminations », où des études portant sur l’histoire nationale, l’espace professionnel, l’armée et la prison montrent que les institutions sont des lieux privilégiés de la fabrication du genre et des processus discriminatoires ; « Identités sexuées et sexuelles », dont les contributions soulignent le poids des logiques de genre dans les processus discriminatoires qui frappent les individus s’écartant de la norme ; « Discriminations multiples et genre », sur l’imbrication de différents processus de domination et de différentes logiques inégalitaires et discriminatoires, qu’il s’agisse du sexe ou de la sexualité, de la race, de la classe, de l’âge ou du statut d’étranger.

L’introduction et la table de matières disponible sur le site de la maison d’édition.