Queer(s) périphérique(s) : réprésentation de l’homosexualité au Portugal (1974-2014),

Publié le 25 octobre 2016 par Equipe GIS IdG

Fernando Curopos

Queer(s) périphérique(s) : réprésentation de l’homosexualité au Portugal (1974-2014)

Paris, L’Harmattan, 2016.

L’homosexualité ne sera dépénalisée au Portugal qu’en 1982 et la loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe adoptée en 2010. Par conséquent, il convient de souligner que, et à contre-courant de l’hagiographie officielle du 25 avril 1974, la Révolution des Œillets n’a pas été synonyme de liberté et égalité pour tous. D’ailleurs, les archaïsmes liés aux rapports de genre et à l’homophobie culturellement construite par les discours dominants durant la période dictatoriale ont perduré bien après la Révolution, dans un Portugal démocratique donc, car les partis politiques restèrent, durant très longtemps, sourds aux questions LGBT.

L’objet du présent ouvrage est d’analyser un certain nombre de productions artistiques couvrant la période 1974-2014, pour y voir comment s’y créent des « identités sexuelles proscrites », ou, au contraire, comment ces mêmes productions laissent voir ou entrevoir une affirmation identitaire et/ou des pratiques subversives, visant à contrecarrer « les régimes disciplinaires », à la fois politiques et sexuels. Il s’agira donc, à partir du bouillon culturel né dans les quartiers lisboètes du Bairro Alto et Príncipe Real, d’ébaucher une possible histoire culturelle et littéraire de l’homosexualité au Portugal, pour la période donnée, une histoire qui s’inscrit dans un mouvement plus large, parfois en totale synchronie avec celles d’autres pays occidentaux, mettant ainsi à mal certaines idées préconçues sur l’idée d’un Portugal semi-périphérique et pas vraiment queer.