Genre et temporalités de la question sociale

Publié le 8 novembre par Institut du genre

Sous la direction de Marc Bessin.

Ce séminaire poursuit ses investigations sur les temporalités sexuées du care ; il entend ainsi étudier les enjeux politiques des interventions pour autrui (médico-sociales et plus largement tout type d’accompagnement de la personne) et contribuer à une sociologie des présences sociales. Celle-ci consiste en une description et une analyse des prises en charge et des pratiques d’accompagnement et de soins, ces activités professionnelles ou profanes étant observées comme des processus (attention et écoute, élaboration et coordination, émotions et actions concrètes, réception…) et envisagées dans leurs dimensions à la fois morales et pratiques, dans leur tension entre protection et contrainte, à partir de leurs enjeux de temporalisation et de sexuation. Envisager en ces termes les relations qui s’établissent entre une ou plusieurs personnes dans le besoin et des professionnel-le-s ou profanes qui tentent d’y répondre, permet de ne pas se limiter à une situation dyadique et de ne pas la restreindre au moment présent. Ces présences s’inscrivent dans des dispositifs de la société qu’il faut considérer pour situer les enjeux politiques de la question sociale, afin de ne pas céder à leur délimitation à la sphère privée et individuelle.
Nous nous centrerons plus particulièrement cette année sur les présences sociales en milieu académique, car le contexte professionnel de l’Enseignement supérieur et la recherche est soumis aux rapports sociaux de domination, et constitue donc aussi un espace de circulation du care. Nous en verrons différents aspects, le travail social à l’Université, l’accueil des étudiant-e-s à besoins spécifiques, l’accompagnement des étudiant-e-s, la direction de thèse, etc., pour ce qui concerne la transmission et la formation. Dans le cadre des laboratoires de recherche, nous explorerons aussi les pratiques d’entraide, de travail collectif, pour voir comment les présences peuvent contribuer à résister à une production des connaissances uniquement conçue dans une logique de concurrence qui induit des tensions fortes et beaucoup de souffrances.
Le séminaire introduit à la sociologie des présences sociales, et poursuivra ensuite ses investigations dans le champ de l’enseignement supérieur et la recherche, par la présentation de recherches et de travaux de participant.e.s au séminaire sur les présences académiques. Certaines séances basées sur des interventions d’invité-e-s seront préparées préalablement par des discussions sur leurs publications.

Première séance : vendredi 9 novembre 2018, 13h-15h
EHESS, salle 7 (105 bd Raspail, Paris 6e)

Inscription et programme complet :

PDF - 88.2 ko
Programme