La galanterie : comment un art de vivre philogyne peut-il être en même temps phallocratique ?

Publié le 21 mai par Institut du genre

Séance du séminaire inter-axes "Genre et normes", GEDI.

Aujourd’hui, à l’heure où le débat fait rage à propos de la limite entre séduction (prétendue…) et harcèlement (possible…), où l’on s’interroge pour savoir où passe la frontière entre galanterie et agression, où la galanterie « à la française » est l’objet de bien des soupçons, il est très éclairant de revenir aux sources historiques de la galanterie, pour en comprendre la nature, les ambitions, et peut-être aussi les ambivalences. Nous verrons ainsi comment les débats du XVIIe siècle sur la place des femmes dans la société et le rôle que leur assigne la « civilisation des mœurs » font de la galanterie à la fois un art de vivre qui a donné aux femmes une place nouvelle, inégalée, et en même temps un discours qui les a enfermées dans une position objectivement contrainte.

Intervenante :
Nathalie Grande, professeure des Universités, Université de Nantes –L’AMo EA 4276

Entrée libre
Merci de signaler votre présence à Annie Dussuet

MSH Ange Guépin - 5 allée Jacques Berque - Nantes