Procréations assistées et filiation. AMP et GPA au prisme du droit, des sciences sociales et de la philosophie

Publié le 30 mai par Institut du genre

La France réserve actuellement le recours à l’AMP aux couples hétérosexuels, interdit la GPA sur son territoire et ne reconnaît que partiellement la filiation des enfants nés à l’étranger via cette pratique. Les situations des Français qui recourent à l’AMP ou à la GPA à l’étranger soulèvent de nombreuses problématiques juridiques ; et mettent en évidence les effets du droit et des normes sociales sur le corps des personnes, la famille et la filiation : mise en concurrence des droits des différents pays dans un contexte de circulation des personnes, arbitrage des juges entre ordre public et intérêt de l’enfant, privation d’une partie de ses droits pour l’enfant dont la double filiation n’est pas reconnue, (in)égalité des couples face à la loi indépendamment de leur orientation sexuelle, risque de marchandisation des corps, etc.
Cette journée d’études collaborative permet de réunir les différentes recherches pour apporter un éclairage plus exhaustif et compréhensif sur les procréations assistées.

Le 25 juin 2018
Centre Malher, 9 rue Malher, Paris 4e, amphithéâtre Dupuis.
Inscription nécessaire.

Télécharger le programme

PDF - 1 Mo
Programme AMP-GPA