Penser l’articulation des rapports sociaux de sexe, de classe et de race en sociologie des arts et de la culture

Publié le 18 octobre par Institut du genre

S’il existe une longue tradition de travaux s’intéressant aux diverses formes de domination de genre et de classe dans le champ intellectuel et artistique, ceux-ci se sont souvent focalisés sur une seule de ces dimensions : on pense notamment aux travaux déjà cités. En revanche, les travaux sur la race sont bien plus rares en France, les débats sur l’usage du concept étant toujours vifs et les études quantitatives difficiles à mener dans un contexte où les statistiques dites ethniques sont proscrites. Nous l’employons ici au même titre que le genre et la classe – donc sans guillemets – en le saisissant comme une construction sociale, produit d’un rapport social de domination : le racisme (Guillaumin, 1972).
L’objectif de ce colloque est justement d’interroger les objets classiques de la sociologie des arts et de la culture en prenant explicitement en compte l’articulation de plusieurs rapports de domination. Nous avons choisi de nous centrer sur l’articulation des rapports sociaux de genre, de classe et de race. Dans un but inclusif et réflexif, il s’agit également de penser les outils d’analyse que l’on doit à la pensée féministe que sont les notions d’articulation, d’imbrication (Falquet, 2016) mais aussi d’intersectionnalité (Crenshaw, 1991) et de consubstantialité des rapports sociaux (Galerand et Kergoat, 2014) afin de porter le regard sur les dimensions politiques des arts et de la culture.

15 et 16 novembre 2018,
CNRS, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris
Salle de conférences

Programme complet