Mobilisations par la vulnérabilité. Perspectives féministes sur l’agir et le résister

Publié le 25 septembre par Institut du genre

Loin d’être un phénomène unifié, la vulnérabilité prend des formes multiples et se différencie quant à ses causes et ses degrés, ou encore selon ses contextes. Cependant, on tend souvent à la réduire à une sorte de passivité fragile et impuissante, à une réceptivité inerte qui exclut tout agir, à un être-affecté dépourvu de toute puissance d’affecter. Le fait d’être vulnérable suffit-il pour ôter au sujet sa capacité d’agir ? Dans le cadre de cette journée d’étude, nous nous tournerons vers les théories et les recherches féministes, afin de mettre en question la prétendue incompatibilité entre la vulnérabilité et l’agir, de saisir et d’approfondir le potentiel de la vulnérabilité en tant que force mobilisante et condition inébranlable de la résistance et de l’action politique. Il s’agira de porter à la réflexion aussi bien les formes et les stratégies de la distribution différentielle de la vulnérabilité que les modalités d’agir et de résister en restant vulnérable, ainsi que les pratiques d’émancipation qui mettent en avant l’empowerment féminin.

Jeudi 4 octobre 2018, de 9h30 à 18h30,
Université Paul-Valéry Montpellier 3, site Saint-Charles, salle des colloques 2.
Cette journée est ouverte à tou·te·s, sans inscription préalable.

Programme complet