La lutte contre les mutilations sexuelles féminines

Publié le 22 février 2016 par Equipe GIS IdG

COLLOQUE

La lutte contre les mutilations sexuelles féminines Circulation des savoirs entre recherche, médecine et monde associatif

Mercredi 2 mars 2016,

9h30-­‐18h
Amphi X,
Université Paris8-­‐Vincennes

Argumentaire

Les luttes contres les mutilations sexuelles féminines (MSF) se multiplient et pourtant les MSF touchent encore 200 millions de femmes dans le monde.
Ces mutilations – clitoridectomie, excision et infibulation – font partie du continuum des violences physiques et psychologiques faites aux femmes dans le cadre de sociétés patriarcales, au sein desquelles le contrôle de la sexualité des femmes est un enjeu de première importance.
Sous l’effet de mobilisations émancipatrices, en Afrique, au Moyen-­‐Orient, en Europe et en Amérique du Nord, les MSF ont été fortement mises en cause ces dernières décennies aussi bien du point de vue des conséquences en terme de santé des filles et des femmes, que de celui des rapports de genre que ces pratiques (re)produisent.
En France, la création en 1982 de la Commission pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles (CAMS), de la fédération Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles féminines, des mariages forcés et autres pratiques traditionnelles néfastes à la santé des femmes et des enfants (GAMS), et plus récemment de l’association Excision, parlons-­en !, de l’Institut en Santé Génésique et d’équipes médico-­‐sociales, montrent la vivacité de cette mobilisation sur le territoire.
Cependant, nous pouvons nous demander si les savoirs accumulés sur les terrains de l’action sociale, associative, militante, médicale et de la recherche interdisciplinaire circulent correctement entre ces sphères.
Peut-on aujourd’hui parler d’une lutte coordonnée, au niveau international comme national ?
Quelle place la communauté universitaire, étudiant-­e-­s et chercheur-­e-­s, peut-‐elle prendre au sein de ce combat ?

- Téléchargez le programme complet ci-contre :

PDF - 1.8 Mo