Aux marges de la capitale ? Mouvements féministes et homosexuels en régions

Publié le 8 décembre 2016 par Equipe GIS IdG

Journée d’études, 15 décembre 2016

"Aux marges de la capitale ? Mouvements féministes et homosexuels en régions"

organisée par Sylvie Chaperon, Marine Rouch et Justine Zeller.

- La journée se déroulera à l’université de Toulouse -Jean Jaurès (salle D31, maison de la recherche) à partir de 9h30.

Présentation :

"Si l’histoire des féminismes cesse durant les années 1970, d’être la « parente pauvre de l’histoire des femmes » (Michelle Perrot), il faut attendre les années 1990 pour qu’une véritable réflexion sur les homosexualités s’engage en France. Mais les travaux sur les mouvements féministes et homosexuels sont nationaux et demeurent souvent centrés sur Paris et sa région.
De plus, rares sont ceux qui proposent une analyse des liens entre ces deux mouvements. S’il existe un territoire peu fédéré, isolé, sinon inexploré, dans l’étude de ces mouvements, il s’agit bien de leurs spécificités régionales. Des décalages chronologiques et des différences locales existent indéniablement. L’objectif de cette journée d’étude est de réunir historien.ne.s et sociologues afin de souligner dans une double perspective disciplinaire, toute la diversité de ces mouvements et de leurs militant.e.s en faisant travailler le jeu des échelles régionale et nationale. De la sorte, nous souhaitons effectuer des comparaisons entre espaces de contestation. Il convient également d’examiner les liens, les transferts de représentations et de valeurs puis les logiques d’entraînement et d’imitation. Surtout, il s’agit également d’interroger les liens – d’alliances, de rejets - historiques qui existent entre les mouvements féministes et homosexuels."

Programme

9h30 : Introduction

9h45 : Christine Bard (Professeure d’histoire contemporaine, CERHIO, Université d’Anger) : "Le féminisme local, cet inconnu de la première vague"

10h10 : Discussion

10h30 : Pause café

Atelier 1 : Penser les spécificités régionales des mouvements féministes de la « deuxième vague »

10h45 : Camille Masclet (Doctorante en sociologie politique à l’Université Paris 8 et à l’Université de Lausanne (CSU-Cresppa/Crapul-IEPHI)) :
"Saisir et comparer les féminismes de la deuxième vague dans cinq villes françaises : l’enquête Sombrero."

11h10 : Lydie Porée (Co-autrice de l’ouvrage Les femmes s’en vont en lutte. Histoire et mémoire du féminisme à Rennes 1965-1985) :
"« On n’était pas toujours d’accord, mais par contre quand il fallait aller dans la rue, on était toutes d’accord ! » : Planning familial, Choisir, MLAC et groupes femmes dans les années 1970 à Rennes."

11h35 : Discussion

11h55 : Pause déjeuner

Atelier 2 : Mouvements homosexuels et mouvements féministes : quelles convergences ?

14h : Mathias Quéré (Master 2 Histoire, civilisation patrimoine, Université Toulouse - Jean Jaurès) :
""Qui sème le vent récolte la tapette". L’éclosion du militantisme homosexuel en région entre 1974 et 1979."

14h25 : Justine Zeller (Doctorante en histoire contemporaine à l’Université Toulouse - Jean Jaurès) :
"Réflexion sur les liens entre féminisme et « lesbianisme » : la Maison des femmes de Toulouse."

14h50 : Discussion

15h10 : Pause café

Atelier 3 : Féminisme local aujourd’hui : Mémoire et transmission

15h25 : Jacqueline Martin (Maîtresse de conférence retraitée, UT2J) : "Les études féministes au Mirail : quoi de neuf entre 1978 et 2008 ?"

15h50 : Joane Chabassier (Docteure en sociologie) : "La cause des femmes en Limousin à l’épreuve des arènes politiques et institutionnelles locales"

16h15 : Discussion

16h35 : Conclusion

- Pour plus d’informations  : http://arpege.univ-tlse2.fr/journee-d-etude-aux-marges-de-la-capitale-mouvements-feministes-et-homosexuels-en-regions—472046.kjsp?RH=ACCUEIL_ARPEGE