Queering Motherhood - La psychanalyse bousculée

Publié le 6 mars par Heta Rundgren

Queering Motherhood - La psychanalyse bousculée
Journée d’étude à l’Université Paris 13, le 28 avril

Organisé par
Claire Nioche-Sibony

Argument

À l’occasion de cette journée d’étude, nous souhaitons faire dialoguer des chercheuses et chercheurs de la psychanalyse et des théories féministes et queers décoloniales, autour de la question du maternel et de la maternité.

La métapsychologie a thématisé l’infantile, le sexuel infantile et le maternel, jusque dans leur tension avec la fonction paternelle, dans leur ambivalence et même leur destructivité. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Qu’en est-il des formulations nouvelles sur le genre, la filiation, les généalogies, la parentalité, ou les identifications ? Cette journée d’étude se propose de faire un état des lieux tant au plan théorique qu’au plan clinique et d’enquête de terrain.

Les auteures féministes, à travers leurs travaux critiques et heuristiques, d’inspirations diverses, ont ouvert la voie à la dés-essentialisation de la maternité, jusqu’à tenir une position anti-maternité ; mais d’autres ont souligné aussi qu’il ne suffit pas d’opposer une maternité-jouissance à une maternité-aliénation.

La critique des systèmes sociaux de reproduction et de l’hétéronormativité (à travers le mariage, la production des enfants) ne laisse certainement pas la maternité indemne. Mais dans ce type de réflexion, qui met génialement au travail la pulsion de mort, nous pouvons aussi faire l’hypothèse que la figure de la mère demeure, quoique cachée, absentée, ou niée. Et puis, la critique anti-hétéronormative doit-elle absolument « tuer la mère » ? Peut-être ces stratégies de désaliénation voilent-elles d’autres présences maternelles ?

Nous prendrons le temps de discuter sur la manière dont la sexualité vient à croiser les enjeux de la colonialité, de la racialisation, ou même du travail (la procréation envisagée comme un véritable travail, organisé par des logiques d’alliance et de filiation sociales), et nous visiterons au passage des figures, des thèmes, et des imaginaires maternels encore peu connus de la psychanalyse.

avec Laura Chamouard, Jules Falquet, Yaelle Malpertu, Pascale Molinier, Claire Nioche, Beatriz Santos, Zairong Xiang et Mira Younes
Programme

9h30-10h : Introduction générale, Claire Nioche

10h-10h40 : Qui a peur de la mère ? Imaginer autrement une théorie queer décolonisée et écologique, Zairong Xiang

10h40-11h20 : La combinatoire straight : pour une dénaturalisation radicale de la maternité dans une perspective d’imbrication des rapports sociaux, Jules Falquet

Pause

11h45-12h30 : Reprise et discussion générale, Mira Younes

Pause déjeuner

14h-14h40 : Pluralité des modalités d’aménagement du ‘maternel’ chez les couples de femmes accédant à la parentalité, Laura Chamouard

14h40-15h20 : ‘La féminité, comment l’attrape-t-on ?’ Judith Butler, Juliet Mitchell et la transmission de la différence des sexes par la parenté, Beatriz Santos

Pause

15h45-16h30 : Reprise et discussion générale, Yaelle Malpertu

17h15 : Conclusions de la journée, Pascale Molinier