Perspectives féministes décoloniales : diversité et défis

Publié le 6 septembre par Heta Rundgren

Séminaire du CEDREF 2017-2018, Responsables : Azadeh Kian, Jules Falquet, Estelle Miramond, Université Paris Diderot, Salle M19 Bâtiment Olympe de Gouges, Lundi 16-18h.

Poursuivant l’implication du CEDREF dans les débats théoriques et sociaux contemporains, il s’agit de contribuer à comprendre et interpréter le foisonnement des concepts et perspectives féministes décoloniales élaborées depuis différents contextes d’énonciation, mouvements et luttes sociales, et dans différents domaines des sciences sociales (sciences politiques, philosophie, anthropologie ou sociologie). Le séminaire interrogera les croisements, fécondations réciproques et transformations entre les diverses perspectives féministes postcoloniales et décoloniales qui se développent autour de trois grands foyers : le berceau latino-américain et des Caraïbes, les mondes « musulmans » et les appropriations et propositions des « racisée-e-s » en Europe.

25 septembre : Ochy Curiel (Anthropologue, U. Nacional de Colombia-Grupo Latinoamericano de Formación y Acción Feminista (GLEFAS) : « Féminisme décolonial d’Abya Yala : sources, apports et perspectives »

23 octobre : Lissell Queiroz (Historienne, Maîtresse de conférences à l’U. de Rouen, ERIAC) : « La théorie décoloniale : de l’Amérique latine à sa réception en France », commentée par Luisina Bolla (Philosophe, doctorante, CINIG, U. de La Plata)

6 novembre
 : Maria Luisa Femenias (Philosophe, Professeure émérite, U. de La Plata, ancienne responsable du CINIG) : "Féminismes en Amérique Latine : examen des apports situés"

29 janvier : Françoise Vergès (Titulaire de la Chaire Global South(s), Collège d’études mondiales, MSH, Paris) : « Toutes les féministes n’ont pas été blanches »

19 février : Lucia Direnberger (Sociologue, Postdoctorante, IHEID, Centre genre – U. Paris Diderot, CEDREF) : « Constructions et circulation des savoirs sur les femmes musulmanes en URSS. L’Asie centrale soviétique à l’épreuve des théories décoloniales féministes »

12 mars : Houria Bentouhami (Maîtresse de conférence en philosophie, U. de Toulouse-Jean Jaurès) : "A quoi bon un nom propre ? Réflexions sur la psychologie sociale du sexisme et du racisme"

19 mars  : Noemi Michel (Politiste, Maître-assistante, Département de science politique et relations internationales, U. de Genève) : « De l’intersectionnalité à l’engendrement de la race et du capital : les pensées féministes noires du politique »

9 avril : Nouria Ouali (Sociologue, Professeure associée à l’U. Libre de Bruxelles, METICES) : « Heurs ou malheurs de l’approche décoloniale ? Illustrations dans le contexte belge »