Matérialismes féministes : faire et défaire les controverses

Publié le 20 novembre 2017 par Institut du Genre

Une demi-journée d’études le vendredi 8 décembre 2017 à l’EHESS à 13h, 54, bd Raspail Paris 6e, Salle AS1_28, la journée accompagne la parution du 4ème numéro de la revue Comment s’en sortir ?

Cette journée d’étude propose d’explorer une pluralité de matérialismes féministes. L’enjeu est d’ouvrir le « féminisme matérialiste » de langue française, selon plusieurs modalités : en encourageant l’historicisation de cette appellation, par le biais d’une généalogie critique et d’une histoire donnant à voir le contexte de sa formation ; en la dépaysant, par le recours aux théories féministes issues d’une relecture critique du marxisme et développées ailleurs qu’en France ; en mettant en perspective les enjeux disciplinaires nationaux et leurs possibilités et impossibilités de circulation. Il s’agit ainsi de déplacer les coordonnées habituelles de controverses majeures du champ féministe et de rendre visibles certaines des nouvelles lignes de conflictualité théorique qui traversent les usages divers du concept de matérialité.

La journée d’étude accompagne la parution du 4ème numéro de la revue Comment s’en sortir ? : L’intégralité du numéro est disponible en accès libre.

Organisation : Maxime Cervulle (Université Paris 8, CEMTI) et Isabelle Clair (CNRS, IRIS)

Programme :

13h Introduction par Maxime Cervulle (Université Paris 8, CEMTI) & Isabelle Clair (CNRS, Iris)

13h30 Contre-histoire du féminisme matérialiste français

Pour une sociohistoire du féminisme matérialiste en France
Maira Abreu - Université Paris 8, CRESPPA

Critique de l’économisme et travail domestique
Dominique Fougeyrollas-Schwebel - IRISSO, Paris Dauphine PSL

Le genre comme signe idéologique
Elsa Dorlin - Université Paris 8, CRESPPA

16h Des usages concurrents du concept de matérialité

La matérialité du langage chez Monique Wittig
Stéphanie Kunert - Université Lumière Lyon 2, ELICO

Appréhender le concept de matérialité au prisme des constructivismes matérialiste et queer
Sophie Noyé - Université François Rabelais Tours, LERAP

Faire & défaire la matière : Karen Barad et le féminisme néo-matérialiste
Marco Dell’Omodarme - Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Institut ACTE