« Les politiques identitaires entre le local et le global : la mobilisation des transgenres à Tonga (Pacifique sud) » Niko BESNIER (Université d’Amsterdam)

Publié le 10 avril par Heta Rundgren

la prochaine séance du séminaire de la FRAO - Formation à la recherche dans l’aire océanienne - le mercredi 19 avril de 15 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris)

L’anthropologue Niko BESNIER (Université d’Amsterdam) présentera une communication intitulée :
« Les politiques identitaires entre le local et le global : la mobilisation des transgenres à Tonga (Pacifique sud) »

Résumé. Au cours des dernières décennies, les ONG européennes et américaines travaillant à la reconnaissance des droits de l’homme en matière sexuelle ont développé dans le Sud globalisé une politique libératrice fondée sur une lecture occidentale des pratiques sexuelles entre personnes de même sexe. Mais, comme certains auteurs l’ont soutenu, loin d’avoir un effet libératoire, cette politique a autorisé de nouvelles structures locales de répression. C’est ainsi qu’aux îles Tonga, tous les projets sociaux, personnels et sexuels s’effectuent dans le cadre d’une « vision à double foyer » associée à une instabilité profonde du contexte local engendrée par la dispersion diasporique ayant cours depuis les années 1960. De fait, toutes les actions engagées ont, pour arrière plan, des échelles différentes que les acteurs négocient constamment entre eux. Les transgenres à physiologie masculine sont particulièrement sensibles à ces dynamiques plurielles et contestent les moralités locales en prétendant que leurs pratiques doivent être évaluées par rapport à un contexte cosmopolite associé en particulier aux discours des ONG de prévention du VIH. Alors que les transgenres privilégié(e)s sont particulièrement habiles à s’approprier ce discours, ce dernier a ouvert de nouvelles formes d’expérience pour les moins privilégiés, affectant leurs subjectivités sexuelles, personnelles et sociales. Cette « vision à double foyer » a également introduit de nouvelles moralités, en grande partie associées au pentecôtisme et au mormonisme, qui sont tout aussi cosmopolites et émancipatrices, mais qui conduisent à des solutions radicalement différentes. La circulation globale du discours sur la question est donc constituée d’un ensemble complexe de positions et d’idées qui contredisent les distinctions entre le local et le global et nécessitent une compréhension plus subtile que celle proposée par Massad.

Un des articles de Niko Besnier "Modernité, corps et transformation de soi. Les salons de coiffure aux îles Tonga (Polynésie occidentale)" est accessible sur le site de la revue Terrain :
http://terrain.revues.org/15229

Mercredi de 15 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 1er mars 2017 au 31 mai 2017.

Thématique générale :
Séminaire pluridisciplinaire qui réunit notamment des anthropologues, des linguistiques et des historiens pour rendre compte des travaux classiques et plus récents consacrés à l’étude des sociétés du Pacifique. Plusieurs invités interviennent régulièrement dans le séminaire pour en faire un lieu de formation aux enjeux et aux pratiques de la recherche dans cette partie du monde.

Programme :
26 avril : « Réseau d’interconnaissance et transmission technique. A propos de la relocalisation des pratiques de tatouage océaniennes », par Sébastien Galliot(Credo -Université d’Aix-Marseille)
3 mai : « The Politics of Salvation in Papua New Guinea », par John Barker (University of British Columbia, Canada)
10 mai : « Enquêter sur l’exclusion scolaire à Tahiti ou comment explorer l’envers du décor », par Marie Salaün (Canthel - Université Pars Descartes)
17 mai : « Normativité culturelle et exclusion sociale : enquêter sur la vie de et dans la rue à Tahiti », par Christophe Serra Maillol (Toulouse 2)
24 mai : « Enquêter sur les musiques urbaines en Mélanésie », par Monika Stern (Credo - CNRS)
31 mai : « Construire et habiter : enjeux contemporains de l’architecture domestique au Vanuatu », par Marie Durand (Credo - Musée du Quai Branly Jacques-Chirac)