L’Education à l’egalite : Enjeux et défis

Publié le 11 octobre par Heta Rundgren

Le genre à l’Ouest - Cycle de séminaires en Bretagne sur le genre, Vendredi, 14h-17h, prochaine séance le 13 octobre, organisé dans le cadre de l’Institut Brestois des Sciences Humaines et Sociales de l’UBO et du pôle « Gouvernance » de la MSHB.

« L’EDUCATION A L’EGALITE : ENJEUX ET DEFIS »
Pôles numériques, Salle de téléprésence immersive TPI
Universités de Bretagne Occidentale (6 rue du Bouguen, campus du Bouguen, sauf le 16 février : TD1) et de Rennes 2 (campus de Villejean)
Vendredi, 14h-17h

Thématique
De nombreuses recherches ont montré que l’éducation nationale continue à fabriquer du genre », c’est-à-dire de la hiérarchie entre les sexes, cela de façon variée. Ainsi, les représentations des filles et des femmes dans les manuels scolaires restent très discriminantes, que ce soit par le peu de place faite aux écrivaines, actrices sociales et politiques, ou dans les exemples pris. Le filmage des interactions entre enseignant.e.s et élèves a également montré que bien qu’ils se déclarent mobilisés par l’égalité filles-garçons en théorie et qu’ils se considèrent plutôt efficaces sur cette question, leurs comportements sont différenciés selon le sexe des élèves.
Pourtant, le ministère de l’éducation nationale a développé depuis 1982 des conventions avec les établissements pour promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, notamment la Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif 2013-2018 signée en février 2013.

Une des raisons de cette difficulté est que la formation à l’égalité est peu répandue pour les étudiants et enseignants, que ce soit dans les universités, dans les ESPE ou les propositions de formation continue des rectorats, pourtant fort nombreuses. De plus, le type et la méthodologie de ces formations sont fort variés, comme l’a montré une récente évaluation des actions menées dans cinq départements de l’outremer français.

C’est pourquoi nous proposons une série de six séminaires dans le cadre du séminaire le genre à l’Ouest, lequel est organisé en visioconférences entre l’UBO et l’UR2.

Retombées
Ce séminaire offrirait de nouvelles connaissances sur le sujet en faisant appel aux meilleurs spécialistes de cette question de recherche émergente. Il serait ouvert aux collègues intéressés mais aussi aux étudiants se destinant à l’enseignement et plus généralement à tous ceux qui sont intéressés par la question, ne serait-ce qu’en tant que futurs parents. Il permettait de donner des connaissances communes aux enseignants-chercheurs et de développer les partenariats.

Programmation 2017-2018

- 13 octobre. Brest : TPI. Isabelle Collet (U. de Genève), « La pédagogie de l’égalité », Arlette Gautier (UBO-CRBC), « Retour sur des actions en faveur de l’égalité dans des établissements scolaires martiniquais »

- 17 novembre. TPI. Nicole Guenneuguès (chargée de mission égalité au rectorat, sous réserve), « Les politiques éducatives » ;

- 15 décembre, TPI. Isabelle Danic (Rennes2) « L’orientation différenciée des garçons et des filles » ; Murielle Gérin (Rennes2-CREAD), « L’égalité fille-garçon dans les situations d’enseignement-apprentissage en lire-écrire au CP » ; Katia Storaï et Annaïg Mesnil (La trouvaille), « L’apport de l’éducation populaire à la remise en cause des stéréotypes de genre »

- 12 janvier. Stéphane Héas (UR2-VIPS), Philippe Liotard (Lyon, sous réserve), Catherine Louveau (sous réserve), « L’éducation à l’égalité dans le cadre de l’éducation sportive »

- 16 février. TD1. Christèle Fraïsse (UBO-L3PC) et Gaïd Le Maner-Idrissi (UBO-L3PC), « L’apport de la psychologie du développement de l’enfant et de la psychologie sociale à la compréhension des résistances à l’éducation à l’égalité »

- 16 mars. TPI. Marie-Laure Deroff et Sophie Degano, « Transmission – Transgression »

- 6 avril. TPI. Gaël Pasquier (ESPE de Créteil), Carole Brugeilles (U. Nanterre) et Fatima Rodriguez (UBO-HCTI), « Les stéréotypes de sexe dans les manuels scolaires »

Comme le montre la création d’un GIS genre au CNRS en 2012, les recherches sur le genre ne cessent de croître et de gagner en légitimité sur le territoire français. Dès les années 1980, des membres de l’ESR breton se sont saisis de cette problématique. Depuis lors, les études sur le genre se sont fortement développées sur le territoire : selon le recensement national de ces études, les villes universitaires de Rennes et de Brest se distinguent parmi les pôles dynamiques de la recherche sur le genre (Schweier, CNRS, 2012). Outre leur nombre, la diversité de ces études est elle aussi importante : elles portent aussi bien sur l’histoire du genre, des femmes et du féminisme ; sur la construction des identités sexuées et sexuelles, selon l’âge, les territoires, les professions, les pratiques culturelles et éducatives ; sur les inégalités de sexe et les politiques d’égalité ; sur les femmes et les représentations du genre dans l’art ; sur l’intersectionnalité des rapports de pouvoir ; etc. La recherche bretonne en études genre se montre particulièrement riche et à même d’analyser nombre de défis auxquelles les sociétés, européennes et non européennes, font aujourd’hui face.

Cependant, la recherche bretonne reste relativement morcelée, du fait de la dispersion de ses membres dans les diverses disciplines, centres de recherche, universités et grandes écoles de Bretagne. Et, comme tout champ dynamique de recherche scientifique, ses approches sont diverses et parfois, contradictoires.
Le séminaire « Le genre à l’Ouest » propose de constituer un espace d’échange et de dialogue entre l’ensemble des chercheur-e-s qui travaillent sur cette thématique, sans distinction de discipline, d’orientation théorique ou de statut (titulaires, non-titulaires, doctorant-e-s). Il est conçu comme un espace permettant la circulation des savoirs et de l’avancée des recherches sur le genre des chercheur-e-s de la région Bretagne. Ce séminaire a pour objectif de constituer un premier réseau, destiné à s’associer, à plus long terme, avec les chercheur-e-s sur le genre des Pays de La Loire.
Ce séminaire se veut par ailleurs un lieu de rencontre et d’échange sur le genre face aux défis sociétaux. En effet, les mutations du travail, de la famille, des modes d’habitat, des mobilités, des usages des TIC, des politiques publiques, etc., impactent l’organisation des rapports de genre. De manière dialectique, les transformations du genre travaillent elles aussi de nouveaux rapports à l’emploi, au territoire, à la parenté, à la culture, etc. Les mutations du genre, face à un monde en changement, semblent une entrée particulièrement pertinente pour analyser les défis auxquelles s’affrontent les sociétés. En cela, le séminaire est ouvert à la participation de toutes et tous.

Comité d’organisation Contact : arlette.gautier[at]univ-brest.fr
• Isabelle Danic, MCF HDR en sociologie, Rennes 2, ESO
• Christèle Fraïssé, MCF en psychologie sociale, UBO, L3PC
• Edith Gaillard, MCF en sociologie, UBO, LABERS
• Arlette Gautier, professeure en sociologie, UBO, CRBC
• Stéphane Héas, MCF HDR en sociologie, Rennes 2, VIPS
• Caroline Ibos, MCF HDR en sciences politiques, Rennes 2, LEGS
• Charlotte Parmantier, MCF en sociologie, UBO, LABERS

Plans d’accès des salles
À Brest : les salles immersives sont situées sur le campus du Bouguen, à côté de la bibliothèque universitaire, au 6 rue du Bouguen. La salle de téléprésence immersive où se passera la majorité du séminaire est la salle n°3. Le 16 février ce sera dans la salle TD1.

Pôle numérique de l’UBO, à droite de la bibliothèque universitaire.

À Rennes 2 : la salle immersive est située au rez-de-chaussée du BÂTIMENT T Espace des technologies Innovantes (E.T.I.) sur le Campus de Villejean.