« L’âge d’or » du travail social sous le regard du genre. Les enjeux de la professionnalisation du travail social après la Deuxième Guerre mondiale

Publié le 5 avril par Heta Rundgren

Colloque le mercredi 10 mai 2017 à la Haute école de travail social et de la santé, EESP, Ch. des Abeilles 14, Lausanne
Auditoire A 321

Les décennies qui suivent la Deuxième Guerre mondiale sont désignées par plusieurs auteur-e-s comme étant celles de l’« âge d’or » du travail social en Europe. Diffusions de théories, nouveaux paradigmes, nouvelles pratiques, dans un contexte général de professionnalisation des services sociaux qui a eu pour conséquences de voir des femmes formées dans les écoles sociales engagées dans les institutions.

Dans plusieurs pays, dont la Suisse, les années 60 connaissent l’émergence de deux nouvelles figures professionnelles, l’éducateur spécialisé et l’animateur socio- culturel. Or ces deux métiers sont d’emblée désignés au masculin, contrairement à celui d’assistante sociale qui continue à être énoncé au féminin uniquement.

Cette journée sera l’occasion de présenter et de mettre en discussion des recherches consacrées à cette période et au processus de professionnalisation dans une perspective de genre.

Cette rencontre sera organisée autour des questions suivantes 

  • Dans quelle mesure le phénomène de professionnalisation affecte-t-il la division sexuée du travail ?
  • Quelle influence la professionnalisation a-t-elle sur les manières de penser l’intervention et de catégoriser les publics ?
  • Dans quelle mesure le processus de professionnalisation dans les domaines de l’éducation spécialisée ou de l’animation socioculturelle diffère-t-il de celui du service social ?
  • Quelles places les femmes (bénévoles, militantes féministes, professionnelles du travail social) ont-elles occupées dans l’essor du travail social après la deuxième Guerre mondiale ?
  • Les représentations et pratiques à l’égard des classes populaires ont-elles changé, particulièrement en ce qui concerne les femmes et les enfants ?

Programme

9:00 – 09:15 : Accueil9:15 – 09:30 : Mot de bienvenue
Elisabeth Baume-Schneider, Directrice, HETS&Sa | EESP
Carola Togni, Professeure, HETS&Sa | EESP, co-responsable du réseau de compétences « Genre et travail social » (GeTS)

9:30 – 10:10 : Professionnalisation du service social en Italie dans l’après-guerre
Bruno Bortoli, Chercheur à la Faculté de sciences politiques et sociales, Università Cattolica del Sacro Cuore, Brescia

10:10 – 10:50 : L’histoire du travail social sous le regard du genre : l’exemple du travail social communautaire en Italie
Elisabetta Vezzosi, Professeure à l’Université de Trieste

10:50 – 11:20 : Pause

11:20 – 12:00 : La naissance de l’éducation spécialisée en Suisse romande sous le regard du genre
Véronique Czaka, Collaboratrice scientifique, Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation, Université de Genève

12:00 – 12:40 : Discussion
Animation : Lorraine Odier, Collaboratrice scientifique, Commission indépendante d’experts (CIE) internements administratifs, Berne

12:40 – 14:30 : Pause

14:30 – 15:10 : Entre émancipation et gouvernance urbaine : regard historique sur le rôle des centres de loisirs lausannois 1950-1990
Corinne Dallera, chargée de recherche
Dominique Malatesta, Professeure
Carola Togni, Professeure, HETS&Sa | EESP, Lausanne

15:10 – 15:50 : Professionnalisation et féminisation dans les métiers de l’animation en accueils de loisirs en France
Magalie Bacou, Chargée d’étude à l’Institut Régional du Travail d’Occitanie, Université Toulouse Jean-Jaurès

15:50 – 16:30 : Discussion
Animation : Lorraine Odier

16:30 – 17:00 : Conclusion

17:00 : Apéritif

Ce colloque a pour ambition d’aborder une période cruciale du travail social et du développement des villes sous l’angle principal des rapports sociaux de classe et de genre.

L’entrée est libre, mais pour des raisons d’organisation, nous vous remercions de vous inscrire. Délai : 28 avril 2017.

Voir le site du colloque.