Féminismes et impérialismes

Publié le 5 février par Heta Rundgren

Une journée d’études, le mardi 20 février 2018, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris 5e.

Salle de formation, Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne
17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème

Organisée par l’ISJPS (PhiCo-NoSoPhi)
Avec le soutien du programme de politique scientifique « Faire droit à la différence ? » de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, coordonné par Isabelle Aubert.

Organisatrices :
Marta Dell’Aquila, Marta.Dellaquila [at] univ-paris1.fr
Sophie Guérard de Latour, Sophie.Guerard-De-Latour [at] univ-paris1.fr

Présentation
La journée d’études « Féminismes et impérialismes » sera consacrée aux critiques anti-impérialistes du féminisme universaliste qui appréhende la domination patriarcale comme un processus transculturel et promeut les droits des femmes indépendamment des contextes sociaux et historiques. Les féministes anti-impérialistes reprochent à ce féminisme qualifié d’ « hégémonique », d’ « occidental » ou de « blanc » de nourrir une vision racialisée des inégalités de genre qui renforce l’exclusion des minorités et détourne l’attention des causes structurelles de leur marginalisation. L’émergence de ces courants critiques, venus compliquer le sujet du féminisme, fait écho au succès croissant qu’ont connu les approches intersectionnelles dans la théorie et la pratique féministes.

La journée se fixe comme objectif d’initier, à partir de travaux philosophiques, sociologiques et anthropologiques, une analyse de ces courants du féminisme contemporain en procédant à une double clarification, à la fois conceptuelle et contextuelle. Il s’agira d’étudier la signification et les usages des concepts d’ « empire » et d’ « impérialisme » dans les critiques féministes qui les convoquent, en les rapportant aux enjeux épistémologiques et au contexte politique dans lesquels ces critiques s’inscrivent. On s’interrogera notamment sur l’unité de ces concepts. Comment le féminisme anti-impérialiste intègre-t-il les particularités des anciens Empires occidentaux et l’articulation des diverses formes de la domination impériale (politique, économique ou culturelle) ? Dans quelle mesure ces différences pèsent-elles sur la formulation des féminismes anti-impérialistes (britannique, nord-américain, latino-américain, français, etc.) ? Cette réflexion offrira l’occasion de clarifier le lexique en vigueur dans ces débats (anti-impérialisme, postcolonialisme, pensée décoloniale), en vue d’identifier leurs présupposés philosophiques et normatifs.

Pour des raisons de sécurité et d’accès à la BIS, l’inscription à la journée d’études est obligatoire.

Si vous n’avez pas de carte d’étudiant ou professionnelle de Paris 1, merci de vous inscrire à la journée en envoyant un mail à philo-recherche [at] univ-paris1.fr

Contact inscriptions :
Lucia Hernandez, philo-recherche@univ-paris1.fr

Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne (UMR 8103)

Programme :

Matinée

Sous la présidence de Sandra Laugier
Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

9 h 15 Accueil des participant.e.s

9 h 30 Les féministes blanches et les empires : enjeux épistémologiques et normatifs
Sophie Guérard de Latour, MCF de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

10 h 15 Contributions du féminisme décolonial d’Abya Yala à l’époque impérialiste
Ochy Curiel, Professeure d’anthropologie, Universidad Nacional de Colombia

11h : Pause

11 h 30 Critique de l’impérialisme et du racisme par et dans le féminisme : une nouveauté ? Réflexions sur les courants et les vagues du mouvement
Jules Falquet, MCF-HDR de sociologie, Université Paris Diderot

12 h 15 Féminisme et conflit Mapuche : une lutte anticoloniale au Chili et en Argentine
Marta Dell’Aquila, Doctorante en Philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

13 h Déjeuner

Après-midi

Sous la présidence d’Alexandrine Guyard-Nedelec
MCF de civilisation britannique, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

14 h 30 Ni una menos, ou du devenir-femme de la politique
Judith Revel, Professeure de philosophie, Université Paris Ouest

15 h 15 Des mésaventures d’un certain féminisme critique. Pour un féminisme décolonial revisité
Soumaya Mestiri, Professeure de philosophie, Université de Tunis

16 h Pause

16 h 30 Les théologies politiques du genre. Empire, Sécularisme, Féminisme
Mohamed Amer Meziane, Post-doctorant, Institut des Sciences Juridique et Philosophique de la Sorbonne

17 h 15 Remarques conclusives

Téléchargez le programme :

PDF - 421.9 ko