Retour sur l’histoire du mouvement lesbien-féministe d’Abya Yala et ses apports au féminisme et aux perspectives décoloniales

Publié le 22 janvier par Institut du Genre

La prochaine séance du Séminaire "Féminismes dans les Amériques latines", le 24 janvier 2018, de 18h à 20h, à l’EHESS, salle 9, 105 boulevard Raspail, Paris 6e.

Échange avec Jules Falquet – maîtresse de conférences, HDR en sociologie, CEDREF-LCSP, Université Paris Diderot –, qui présentera une communication intitulée

« Retour sur l’histoire du mouvement lesbien-féministe d’Abya Yala et ses apports au féminisme et aux perspectives décoloniales ».

Lectures conseillées :

Falquet, Jules (2011). Les « Féministes autonomes » latino-américaines et caribéennes : vingt ans de critique de la coopération au développement, Recherches féministes, 24 (2), pp. 39-58

(première partie)
https://www.contretemps.eu/racines-feministes-lesbiennes-autonomes-dabya-yala/

(deuxième partie)
https://www.contretemps.eu/racines-feministes-lesbiennes-autonomes-decoloniale-dabya-yala/

Téléchargez le programme 2017-2018 du séminaire :

PDF - 107.8 ko

Présentation

L’organisation de ce séminaire part d’un constat : malgré le grand nombre de chercheuses et de chercheurs venu.e.s des Amériques latines pour faire des études de genre et féministes à Paris, rares sont les espaces de discussion, d’échange et surtout de formation féministe concernant cette région.

Au long du séminaire on abordera des thématiques autour desquelles se sont développées la pensée et les pratiques des féminismes dans les Amériques latines ; des sujets qui ont traversé, et qui façonnent encore, la vie des femmes latino-américaines. Des réflexions autour des théories et des pratiques concernant les mouvements de femmes et de féministes indigènes, l’afroféminisme, l’artivisme féministe, l’avortement, le travail domestique, le consentement sexuel, entre autres, seront au coeur des sujets abordés.

Objectifs

Le séminaire a le double propos d’être un espace ouvert au débat sur les pensées et les pratiques féministes dans les Amériques latines et, en même temps, de prendre l’académie comme un espace de résistance et de construction de sororité.

Ses objectifs particuliers sont de :
Être un espace de rencontre et de discussion
Promouvoir la lecture de textes de féministes latino-américaines en France (nous lire et nous citer comme acte de valorisation et de revendication de notre travail)
Promouvoir des rapprochements théoriques entre des féministes hispanophones et lusophones des Amérique latines, ainsi qu’entre celles-ci et les féministes francophones
Réfléchir autour de notre condition de féministes latino-américaines en France
Réfléchir sur les possibilités de construction d’alliances, d’identités ou d’expériences communes de façon à prendre en considération nos contextes particuliers, sans toutefois réitérer les discours dominants sur les frontières nationales ou “aires culturelles”.

Le séminaire sera donc l’occasion d’employer la réflexion et la pratique féministe issue d’une région géographique très large pour poser la question des liens qui nous unissent : existe-t-il une Amérique latine ou des Amériques latines ? Les expériences communes parmi les femmes de cette région sont-elles liées à la construction d’un espace commun nommé Amérique latine ? De quelle façon devient-on femme dans cet espace ? Quelles luttes communes façonnent les femmes dans cet espace et comment les construisent-elles ?

Finalement, il s’agit de réfléchir sur les féminismes dans le contexte des Amériques latines d’une façon complexe. Les féminismes latino-américains se sont modifiés historiquement à l’issue des changements politiques, économiques et socioculturels régionaux ou internationaux. En même temps, les féminismes ont contribué de façon remarquable à créer ces changements, en mettant au coeur du débat public leurs propres demandes d’émancipation et en soutenant celles d’autres groupes opprimés.

Dynamique

Chaque séance aura un sujet de débat qui sera présenté soit par les animatrices, soit pas des invité.e.s. Certain.e.s invité.e.s présenteront leur travail de recherche ou leurs expériences militantes, parfois les deux. Exceptionnellement, des séances seront basées sur la lecture de textes d’auteur.e.s de la région. Des références bibliographiques seront à l’appui pour chaque séance. Au long de celles-ci, on suggérera aussi des activités, telles que des films, des expositions, des conférences, des colloques, parmi d’autres, qui nous permettront d’enrichir les débats.