Espaces Genrés Sexués Queer - Une exploration des dynamiques entre les espaces, les genres et les sexualités

Publié le 4 octobre 2017 par Institut du Genre

Présentation :

Ce colloque se propose d’étudier les dynamiques entre les espaces, les genres et les sexualités — l’espace étant compris ici aussi bien dans ses dimensions sociales et mentales que comme un cadre matériel et formel.

Tandis que les constructions sociales des identités des genres et des sexualités produisent des espaces (qu’ils soient projetés ou construits, représentés ou imaginés, collectifs ou individuel, public ou privés…), les espaces eux-mêmes re-produisent ces identités, souvent fondées sur des critères hétéronormés et patriarcaux. Les études sociales et spatiales — surtout celles issues de recherches anglophones — ont mis en évidence ce potentiel révélateur et producteur de définitions et de pratiques. Espaces, genres et sexualités apparaissent ainsi comme des processus, dont le potentiel subversif rivalise avec la capacité normative.

Les études queer et de genre ont permis la remise en cause des mécanismes de production de la connaissance, de narration et de représentation, en mettant en évidence leurs présupposés à prétention universaliste. Elles ont développé des nouvelles méthodologies et épistémologies qui permettent d’affronter et d’embrasser la composante subjective des pratiques, y compris dans la recherche. Dans le cas de la production spatiale, les dynamiques top-down peuvent s’inverser, et les rôles des acteurs impliqués être mis en question. Le processus de conception est-il alors toujours un cadre ordonnateur et normalisateur, ou une spatialité queer est-elle possible — et comment ?

Il n’est donc pas anodin d’étudier les relations entre espaces, genres et sexualités dans le cadre d’une école d’architecture : il s’agit de soulever ouvertement des questions qui nous semblent latentes. C’est aussi une invitation adressée aux personnes issues de milieux extérieurs à l’architecture — et parfois étanches entre eux — à venir échanger leurs réflexions sur cette thématique partagée.

Sans prétention à l’exhaustivité, ce colloque privilégiera donc une approche transdisciplinaire. En reflétant la variété des disciplines universitaires (géographie, philosophie, sociologie, anthropologie…), des pratiques (urbanisme, architecture, aménagement…) et des intervenants (chercheurs, acteurs du projet, collectifs, associations…), l’objectif sera de confronter les champs disciplinaires, les outils et les échelles d’analyse permettant une analyse de l’espace sexué, par analogie avec le corps sexué.

L’approche du colloque sera également transcalaire. De l’échelle des corps à l’échelle transnationale, en passant par celles de la ville, du quartier ou du bâtiment, chacune nous semble pertinente et complémentaire. De la même manière, nous estimons que l’étude des pratiques et des espaces est indissociable d’une analyse des processus de production qui les génèrent. La trame du colloque propose donc d’intégrer l’amont comme l’aval des espaces pour en comprendre les dimensions genrées, queer et sexuées.

Le colloque aura lieu :

Jeudi 19 octobre, 9h-18h30, Ecole Nationale d’architecture Paris La Villette, amphi 302.

Vendredi 20 octobre matin, 9h-13h15, Ecole Nationale d’architecture Paris Belleville, Salle 12.

Vendredi 20 octobre après-midi, 14h15-18h30, Ecole Nationale d’architecture Paris La Villette, Amphi 11.

Voir le site et la page facebook du colloque.

Inscription en ligne est conseillé.

Téléchargez le programme :

PDF - 837.9 ko