Des Riot Grrrls aux Pussy Riot, 25 ans d’activisme culturel féministe

Publié le 12 avril par Heta Rundgren

Manon Labry donnera une conférence à Paris 8

le 19 avril 2017 de 16h à 18h

Bâtiment B2 - salle 231
Université Paris 8 – métro ligne 13 « Saint-Denis Université »

Manon Labry est docteure en civilisation nord-américaine. Sa thèse portait sur les relations entre culture mainstream et sous-cultures underground, à travers l’étude du cas de la sous-culture punk féministe nord-américaine.

Elle publie aux Editions iXe Emeutières : Pussy Riot Grrrls ! en librairie le 26 mai prochain.

Elle est déjà l’auteure de Riot Grrrls : chronique d’une révolution féministe punk, Zones Editions, 2016. Au début des années 1990, de jeunes féministes nord-américaines lançaient du fond de leurs tripes un cri de colère et de ralliement dans le milieu punk underground : « Revolution, Grrrl Style, Now ! » La culture riot grrrl – littéralement, les « émeutières » – était en train de naître. Des groupes comme Bikini Kill ou Bratmobile partaient à l’assaut de la production musicale, décidés à rendre « le punk plus féministe et le féminisme plus punk ». Leur offensive fut une secousse incroyablement positive pour toute une génération assommée par la culture mainstream. Car les riot grrrls ont été bien davantage qu’un simple courant musical : appliquant les principes du Do-It-Yourself, elles ont construit une véritable culture alternative, dont la force de frappe tient en une « proposition » que suivront des milliers de jeunes femmes : celle d’oser devenir qui elles sont et de résister corps et âme à la mort psychique dans une société capitaliste et patriarcale.

Intervention publique dans le cadre du séminaire « Genre et politiques sexuelles » (Département de science politique, Univ. Paris 8)
Elsa Dorlin Cresppa/Labtop (Axe Genre & Biopouvoir)