Queering the city ? Perspectives transatlantiques

Publié le 3 juillet par Institut du genre

Conférence internationale les 11,12 et 13 juin 2020 à l’université Paris Nanterre et la Fondation des États-Unis.

Se demander ce qui fabrique les rapports sociaux dans l’espace de la ville aujourd’hui, et en quoi les rapports sociaux fabriquent de l’espace, du lieu, revient à poser que la relation société / espace est à double sens. Si l’espace est le produit de rapports sociaux, inversement, loin d’être le réceptacle passif des forces sociales, l’espace – selon la trilogie « espace vécu, conçu et perçu » d’Henri Lefebvre – structure et contribue à la reproduction mais aussi à la contestation des rapports sociaux. On posera ensuite plus précisément ici la question de la relation entre genre / sexe / race et espace. Est-il possible, dans un espace urbain marqué par les rapports sociaux de résister aux contraintes, de « queeriser » la ville ? Si l’on entend le terme « queer » dans le sens où l’utilise Kath Browne1 : « qui opère au-delà des pouvoirs et des contrôles qui assurent le respect de la normativité », alors « queeriser la ville » implique de redessiner, reconceptualiser, repenser, recartographier, pour refaire les corps, les espaces et les géographies.

Appel complet en français et en anglais
Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2019