Gournay philosophe

Publié le 30 avril par Institut du genre

Colloque organisé par M.-F. Pellegrin
Université Jean Moulin Lyon 3, 1er et 2 avril 2020
Comité scientifique : P. Desan, S. Ebbersmeyer, E. Ferrari, I. Garnier, T. Gontier, R. Hagengruber, S. Hutton, M.-F. Pellegrin, L. Shapiro.

Marie le Jars de Gournay (1565-1645) est une philosophe, c’est du moins le postulat de cet appel à communications. Ecrivaine, traductrice, éditrice, linguiste, critique, théoricienne de la littérature, elle est donc déjà reconnue comme une femme de lettres.
On l’associe généralement à la philosophie par le biais de ses rapports avec Montaigne, qui la nomme sa « fille d’alliance » et lui confie le soin de l’édition des Essais après sa mort. On connait également ses liens avec La Mothe Le Vayer, ce qui invite à étudier ses rapports intellectuels avec certaines formes modernes de scepticisme au delà du seul Montaigne (et notamment avec ce que l’on a pu appeler le libertinage érudit). D’un point de vue philosophique, il y a donc en premier lieu un intérêt à interroger précisément le rôle du scepticisme dans sa pensée. Mais la lecture de son oeuvre nécessite également de donner sens à ses usages du platonisme et de l’aristotélisme. La variété même de ces influences montre le rôle de la philosophie dans sa pensée. Elle aboutit donc légitimement d’une part à la nécessité d’une étude précise des influences philosophiques dans l’œuvre de Gournay, d’autre part à la question de savoir s’il y a une philosophie de Gournay que l’on pourrait dessiner et expliquer.

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre2019

PDF - 136.9 ko
Appel complet