Genre et marginalités au Maghreb. Perspectives disciplinaires

Publié le 25 septembre par Institut du genre

Nous souhaitons réunir des jeunes chercheur.e.s dont le sujet de thèse s’articule à la
thématique « Genre et marginalités ».

Nous invitons les doctorantes et les doctorants travaillant sur la question des marginalités et des pratiques/identités « transgressives » à venir présenter et discuter leurs projets de recherche en apportant des éclairages sur les processus d’exclusion, d’oppression, de stigmatisation et de marginalisation. Comment ces dites « transgressions » sont-elles produites et vécues par les personnes concernées ? Comment les normes, relations et catégorisations sexuées sont-elles négociées, agencées et transformées en situation ? Comment repérer et décrire les différentes formes de rapports sociaux, leurs effets et leurs modes de reconfiguration ?
L’école doctorale s’attachera à comprendre, à travers l’analyse de pratiques transgressives inscrites dans des temporalités et des espaces divers, la combinaison de différents registres de normes. Via une approche microsociale, nous souhaitons interroger les interactions entre les contextes et les pratiques transgressives avec un intérêt tout particulier porté aux contraintes, aux conventions et aux « règles du jeu » qui encadrent les actions des femmes et des hommes. Les pratiques transgressives
ou marginales et les discours qui les qualifient seront de la sorte abordés en posant la question des trajectoires individuelles, des parcours personnels, des mobiles et de l’inscription de ces pratiques dans des stratégies occasionnelles ou durables. Dans cette perspective, il nous semble utile d’interroger les reconfigurations des normes de genre éventuellement induites par ces pratiques transgressives, qu’elles soient individuelles ou collectives.

Pièces à fournir et modalités pratiques : voir le pdf ci-dessous.

PDF - 32.6 ko
AAP complet