Femmes face à l’État : militantes, terroristes et dissidentes à travers le temps

Publié le 26 septembre par Institut du genre

Le colloque envisagé propose un tour d’horizon des femmes qui s’opposent à l’État en tant que forme de l’autorité dans une perspective interdisciplinaire. Dans ce cadre, la violence pourra être un angle d’étude, mais ne constitue pas nécessairement le coeur des communications attendues, puisqu’il conviendra de s’intéresser non seulement aux femmes terroristes, mais également aux militantes et aux dissidentes en général, terme assez large qui comprend toutes les femmes ayant manifesté leur opposition à des lois, des décisions étatiques ou des pratiques politiques.
Le colloque se concentrera essentiellement sur l’aire culturelle européenne. Les communications pourront se fonder sur tout type de sources (écrites, orales, iconographiques). Toutes les époques pourront être abordées du Moyen Âge à l’époque contemporaine.

Axes :
1. Modalités de la dissidence féminine
2. Le corps comme outil de dissidence
3. Réactions de l’État

Les propositions de communication devront comporter environ 300 mots, une bibliographie succincte et une courte notice biographique. Les langues de communication sont le français, l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Elles sont à envoyer avant le 12 novembre 2018 aux trois adresses suivantes : Noémie Beck, Stéphanie Chapuis-Després, Florence Serrano.

Appel complet sur le site du LLSETI