Bâtir un futur pour les enfants victimes de violence sexuelle dans les conflits : une responsabilité internationale

Publié le 26 mars par Institut du genre

Partout dans le monde, dès qu’éclatent des conflits, les violences sexuelles à l’égard des femmes et des filles suivent : le viol est une arme de guerre. Depuis peu, le phénomène de très jeunes enfants violées est mis en lumière : il s’agit parfois des bébés de quelques mois.
Cette pratique abominable pose la question de la prévention de cette violence et de ses origines, mais aussi de sa réparation, de la reconstruction tant médicale que psychologique de ces jeunes enfants et enfin de l’avenir : que deviendront ces témoins vivants de la barbarie des hommes ? Leur reconstruction et leur chance de survie est une responsabilité internationale, et c’est un travail de longue haleine, plein d’interrogations et de questions encore sans réponse.
Se pencher sur cette problématique et sur sa spécificité, élaborer de façon interdisciplinaire les premières réponses est l’objet de ce premier Congrès international de la Chaire Mukwege à l’Université de Liège en novembre 2019.
Il constituera une plateforme aux scientifiques (médecins, psychologues, juristes, anthropologues, historiens, économistes, philosophes) travaillant sur ce thème, et il donnera aussi la parole aux ONg et associations qui, travaillant sur des terrains différents, mettront en évidence les variables contextuelles et culturelles qui orientent le choix des réponses.

Université de Liège, 13-14-15 novembre 2019
Date limite d’envoi des propositions : 2 mai

Informations et dépôts des résumés