ACC : Militantisme et mobilisations

Publié le 27 juin par Heta Rundgren

Pour un numéro de la revue Recherches féministes, sous la direction de Pascale Dufour et Dominique Masson ; les propositions (300 mots) doivent parvenir à la revue avant le 15 juin 2018.

Recherches féministes ; Vol. 32, no 2 - 2019 ; Sous la direction de Pascale Dufour et Dominique Masson.

La revue Recherches féministes publiait en 2000 un numéro sur la Marche mondiale des femmes, initiative militante centrale dans beaucoup de régions du monde. Depuis, de multiples changements ont transformé et renouvelé le militantisme féministe. Dans plusieurs pays, au Nord comme au Sud, les organisations féministes, fer de lance des mobilisations, ont été placées devant des défis de renouvellement et de recrutement. Des thématiques féministes sont sous tension, alors que d’autres
marquent de leur influence les politiques publiques dans différents contextes. Des enjeux plus larges ont émergé, tels l’environnement, la justice sociale, l’antiféminisme, le racisme et le (néo)colonialisme, ce qui a forcé les militantes féministes à se repositionner par rapport à ceux-ci. La manière de pratiquer le
militantisme s’est également renouvelée, que ce soit à travers la technologie, par la prise en considération d’identités multiples, ou encore l’établissement d’alliances avec des organisations non mixtes. C’est pour prendre la mesure de ces transformations et de ces renouvellements que ce numéro à paraître de la revue Recherches féministes pose la question suivante : Où en sont le militantisme et les mobilisations féministes aujourd’hui ?

Cinq axes de réflexion balisent cet appel d’articles :
1) Mobilisations : Comment se sont transformés ou renouvelés les modes de penser, de faire et de vivre le militantisme féminisme ? Comment les mobilisations de femmes et de féministes autour de nouveaux enjeux, comme ceux de l’environnement ou de la souveraineté alimentaire, contribuent-elles à renouveler le militantisme et les solidarités féministes ? Les États et leurs politiques sont-ils toujours des cibles pour les mobilisations ? Si oui, lesquelles entrent en jeu ?

2) Territoire/déterritorialisation : Que deviennent les ancrages territoriaux du féminisme à l’ère de la mondialisation ? Comment se développe un militantisme féministe transnational et quelles en sont les conséquences ? Comment les territoires deviennent-ils objets de lutte – par exemple, dans les alliances avec les femmes autochtones ou paysannes ?

3) Luttes intersectionnelles : Quelle place prennent les luttes des femmes handicapées, autochtones, racialisées, queer, transgenres, celles des femmes des Suds, ainsi que les mobilisations féministes anticoloniales et décoloniales dans le militantisme féministe aujourd’hui ? De quels défis et renouvellements sont-elles porteuses pour le féminisme ?

4) Coalitions et alliances : Comment se porte le travail en coalition dans les mouvements féministes ? Quelles sont ses promesses ? Quels obstacles rencontre-t-il ? Qu’advient-il des alliances avec les syndicats, la gauche et les mouvements pour la justice sociale ? Que dire des relations avec le féminisme d’État, les élues et les chercheuses universitaires ?

5) Arts, culture et technologies : Comment le militantisme féministe se manifeste-t-il dans les arts et la culture, ainsi que dans l’espace virtuel d’Internet, des blogues, des mots-clics (hashtag) et des réseaux sociaux ? De quelles voix se fait-il l’écho ? Quelles formes de militantisme individuel et collectif ces expressions du féminisme rendent-elles possibles ?

Les propositions (300 mots) doivent parvenir à la revue avant le 15 juin 2018. Les manuscrits (7 000 mots) doivent être soumis au plus tard le 1er mars 2019 et respecter le protocole de publication. Ils doivent être transmis au secrétariat de la revue (revuerecherchesfeministes[at]ccb.ulaval.ca) ainsi qu’aux responsables du numéro : Pascale Dufour (pascale.dufour[at]umontreal.ca) et Dominique Masson (dmasson[at]uottawa.ca).

Téléchargez l’appel :

PDF - 103.4 ko